le vendredi 03 avril 2020 | 102

Chiens « de chasse » dans le Jura : une vie de misère

Ce n’est pas la première fois que nous évoquons les sinistres conditions de vie des chiens « de chasse ». Force est de constater que leur situation est la même dans la majorité des élevages. Ceux que nous avons trouvés au fond d’un bois dans le Jura ne font pas exception à la règle. Nous avons enquêté sur les maltraitances dont ils sont victimes, et portons plainte en leur nom.

Hr blog

C’est dans le Jura que vingt-deux chiens « de chasse » aboyant de désespoir ont alarmé nos lanceurs d’alerte. Personne ne semble se soucier de leur existence, et pour cause : leur enclos est au milieu d’un bois, à l’abri des regards, à deux kilomètres du village le plus proche.

Vingt-deux chiens en souffrance

Leurs conditions de vie sont sordides. Ils sont livrés à eux-mêmes, cachés dans un terrain jonché de débris et d’objets abandonnés, sans ombrage et en plein vent. Parqués dans treize enclos ouverts, ils sont confinés à deux toute la journée dans ces espaces exigus et n’ont pour seul abri qu’une vieille niche en bois non étanche ne les protégeant ni de la chaleur ni des basses températures pouvant avoisiner les -20° en hiver. Ne disposant d’aucun espace pour s’ébattre, ils tournent en permanence en rond au milieu de leurs excréments dans des enclos non nettoyés depuis des jours. Ils vivent sur un sol bétonné dépourvu d’évacuation et de litière. Des carcasses proches laissent supposer qu’ils sont nourris avec les restes de la chasse. Ils ont, en guise de « gamelle », de vieux seaux où croupit une eau verdâtre sans doute récupérée des pluies.

Certains sont malades et doivent souffrir le martyre. Leurs pathologies semblent ne pas avoir été traitées depuis des mois. Nous avons montré nos images à un vétérinaire indépendant pour expertise. L’un des chiens présente une rétraction de l’œil droit, et une chienne, une énorme grosseur mammaire, probablement cancéreuse. Le propriétaire, ne se suffisant pas d’utiliser ses chiens pour la chasse, se livre très certainement à la reproduction puisque la chienne est enfermée avec un mâle.

Une situation qui dure

Alertés depuis huit ans pourtant, les services vétérinaires de la préfecture n’agissent pas. À nouveau contacté ces dernières semaines, le chef-lieu n’a pas souhaité donner suite, c’est dire combien la vie de ces animaux compte peu ! Il nous était donc impossible d’attendre davantage. Nous avons déposé plainte contre le propriétaire en demandant le retrait de tous ses chiens.

Le sort de ces chiens « oubliés »

Le cas de ces chiens jurassiens, dernier en date, est loin d’être isolé. Nous vous avions déjà parlé des chiens du chasseur périgourdin pour lesquels nous nous battons toujours, mais aussi de ceux du chasseur du Morbihan. Les autorités, elles, entonnent toujours le même leitmotiv : ce ne sont « que » des chiens de chasse.

Lorsqu’on sait combien les chasseurs sont protégés, on n’est pas surpris de ce qu’ils puissent continuer à les traiter comme des objets sans en être inquiétés. Les chiens « de chasse » doivent bénéficier de la même protection que nos fidèles compagnons à quatre pattes. Comme eux, ce sont des êtres doués de sensibilité, affectueux et ayant besoin de soins et d’attention. Nous en sommes très loin et nous continuons le combat!

Pour eux, notre plainte vient d'être envoyée.

Anna Marquez
Hr blog

Dans la thématique

En France, on ne peut plus coller les oiseaux, mais les pendre et les écraser, oui
Les tourterelles des bois graciées !

Commentaires 102

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Flamme | mardi 08 septembre 2020

Je suis tellement désolée et triste de lire tous ces articles et voir ces reportages sur la maltraitance des animaux...de tous les animaux ..j ‘aime particulièrement les chiens ..cela fait 30 ans que j ‘en ai ...malheureusement mon époux est chasseur , mais il ne tue pas d’animaux , il a compris ..il marche avec nos chiens dans la montagne ..ce seront les derniers vu notre âge ! ..nous avons adopté plusieurs chiens à la SPA durant ces 30 ans , soigné et gardé dans de très bonnes conditions ..Nos chiens sont comme nos enfants , ils font partie de notre famille , intégralement....

Nono | dimanche 16 août 2020

Honteux

Vero | dimanche 16 août 2020

J'ai pris un setter au refuge de Morez dans le Jura, ils en sauvé 6 ou 8 je sais plus. Ils vivaient à l'identique, mangeaient les excréments et leur vomi. Ma Caramelle va bien merci à l'indic et à Sandy et à tous ces bénévoles qui se battent chaque jour pour eux bisous

Alex | samedi 15 août 2020

Libérons-les.