le jeudi 04 mars 2021 | 154

Chenil du Jura : dans le silence ouaté, des cris de désespoir


Mis à jour le 07 janvier 2022

Malgré nos alertes répétées, les chiens du chenil du Jura dont nous avons fait la sordide découverte l’an passé sont toujours en détresse. Et plus encore par temps froid : les animaux sont transis et n’ont rien pour se mettre à l’abri des intempéries. Nos enquêteurs en ont fait l’amer constat en janvier dernier.

Hr blog

Edit du 7 janvier 2022:

Près d'un an après avoir déposé plainte pour mauvais traitements, la décision de justice est tombée: le propriétaire des lieux, un chasseur, n'a reçu qu'un rappel à la loi... C‘est la triste réalité de la vie des chiens de chasse en France Une fois encore, ils ne sont pas considérés comme des chiens comme les autres. C’est ce que nous déplorons et contre quoi nous luttons. Il y a encore beaucoup à faire. 

Chaux-du-Dombief, en plein mois de janvier. Il fait - 3°C dans ce village du Jura. Nos enquêteurs empruntent un chemin forestier qu’ils connaissent bien. À deux kilomètres de la commune, perdu en plein bois, le chenil qu’ils ont découvert en l'année dernière est toujours là. En cette saison, la neige s’est emparée du paysage. Et les chiens, plus que jamais, hurlent leur désespoir.

Chiens frigorifiés

Ils sont pétris de froid. Concert de jappements, gémissements, aboiements à fendre l’âme. Ils sont deux dans chaque enclos à se partager une niche détrempée car non isolée. Condamnés à rester le plus souvent dehors, leurs pattes gelées s’enfoncent dans l’épaisseur du manteau blanc. Ils ont soif : l’eau de pluie des seaux destinée à les abreuver s’est transformée en blocs de glace. Tous espèrent une délivrance, se réchauffer…

Inaction des autorités

Les conditions de vie de ces chiens sont inadmissibles. Nous ne cessons d’alerter les autorités. Mais pour l’heure, rien, aucune réponse… Combien de démarches et d’appels seront encore nécessaires avant que les services compétents daignent faire le nécessaire pour mettre un terme au supplice de ces animaux ? Combien d’entre eux survivront d’ici là dans cette région où les températures peuvent descendre sous les - 20° C ? Certains semblent avoir déjà disparu. Notamment la chienne qui présentait une grosseur inquiétante au niveau de l’abdomen. Faudra-t-il compter les morts pour sauver quelques survivants ? Nous venons de relancer le parquet. Relayez, partagez ces images, que chacun voie le sort réservé aux chiens de chasse en France en 2021 !

Marie-Sophie Bazin
Hr blog

Dans la thématique

Victoire par forfait pour les tourterelles des bois, contre le ministère de la Transition écologique La période complémentaire de déterrage des blaireaux jugée illégale dans l’Ain

Commentaires 154

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Ice01 | jeudi 06 janvier 2022

Janvier 2022 : suite aux plaintes déposées, le propriétaire des chiens a eu simplement un rappel. Voilà où on en est pour les faits de maltraitance en France envers les animaux, et plus particulièrement les chiens, pourtant reconnus êtres dotés d'une extrême sensibilité et portant un amour inconditionnel à leur maître. Je suis écœurée et j'ai honte de ce que nous sommes.

Danièle | mardi 23 novembre 2021

Que faire ? Pour tous ces animaux ? Y a-t-il une pétition ? Je la signe autour de moi aussi. Merci pour eux.

Gaby | dimanche 21 mars 2021

Il faut une loi et si possible appliquée. Certaines condamnent déjà la maltraitance animale mais les chasseurs sont bien trop souvent dans les petits papiers des maires. Les animaux en subissent les frais!
Une honte!

Rose | jeudi 18 mars 2021

Demandons l'interdiction de chasser avec des chiens et aux chasseurs l'interdiction d'avoir des animaux. Et l'interdiction de faire vivre des animaux dans des chenils dans des cages ou à l'attache même à l'intérieur. Non plus dans des cabanons, garages, dépendances, sous sols, bâtiments, cave, grange etc... À l'intérieur du logement ou rien. Pauvres petites bêtes. C'est une horreur, un calvaires ce qu'ils subissent déjà d'habitude mais par ce temps de surcroît ce n'est pas vivable. Il faudrait que l'État oblige les autorités à faire le nécessaire sur le champs.