le jeudi 24 octobre 2019 | 25

Chatipi: le programme de One Voice pour les chats sans abri!

Parce que la souffrance des chats sans abri est sans limite, parce que leur nombre ne cesse de croître, One Voice a créé Chatipi. Une réponse simple, concrète et efficace, intégrée à sa campagne globale contre l’errance ! L'inauguration du nouveau Chatipi aura lieu à Veix samedi 26 octobre à 10h en présence de Sylvie Degery, Maire de Veix, Muriel Arnal, présidente-fondatrice de One Voice, et du vice-président du Conseil départemental de Corrèze.

Hr blog

L’errance, c’est plus de 11 millions de chats dans la rue, en proie à la faim, la soif, aux maladies, aux intempéries et à la violence. Un chiffre qui ne cesse de croître malgré les actions sporadiques de stérilisation engagées ici ou là. Les refuges débordent et la situation empire d’année en année ! C’est en réponse à la souffrance des chats sans abri que One Voice a créé Chatipi.

Le maire, responsable légal des chats errants de sa commune

Le programme Chatipi de One Voice s’inscrit dans sa campagne réclamant un plan national d’urgence contre l’errance des chats. C’est une aide, proposée aux maires, car c’est à eux que revient légalement la responsabilité de la gestion des chats libres sur leur territoire communal. La réglementation actuelle stipule clairement que les stérilisations/relâchages sont à préférer aux « euthanasies », en fait de véritables abattages dénoncés par One Voice. C’est la seule solution envisageable, parce qu’elle est à la fois éthique et efficace…

Chatipi : une aide concrète pour les communes

Suite au projet pilote réalisé en 2013, Chatipi a été repensé pour pouvoir être aisément implanté partout où les chats sans abri ont besoin d’un refuge. Le programme propose ainsi aux maires de les aider à respecter leur obligation légale de protection des chats errants en les accompagnant dans la création d’un lieu de vie pour eux.
Les chats stérilisés et relâchés, doivent pouvoir s’y protéger des intempéries et de la violence, y être nourris, abreuvés et bénéficier d’un suivi sanitaire.

Ces lieux d’accueil, qui pourront être implantés dans un espace public, seront à la fois l’occasion de mieux les respecter et générateurs de liens sociaux entre les habitants de la commune. Ils permettront aussi de faire connaître les chats, grâce à la documentation en ligne mise à disposition par One Voice.

Vous souhaitez nous aider à développer Chatipi dans votre commune ? Contactez-nous ! Et pour aider les chats sans abri, vous pouvez aussi faire un don...

Hr blog

Dans la thématique

L'atroce destin de ces six chatons doit nous ouvrir les yeux
La Réunion, l’urgence… Stop à l’errance animale!

Commentaires 25

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

sissi78tina | dimanche 10 novembre 2019

Je connais le sujet, c'est inacceptable. Il faut soutenir ONE VOICE et les autres associations pour que le martyr des animaux sur l'Ile de la Réunion s'arrête.
J'aide une famille d'accueil en Guyane Française à sauver des chiens et chats qui vivent l'enfer également. Il faut des lois. Campagne de stérilisation et un carnet d'identification à toute personne possédant un animal répertorié avec amende en cas d'abandon et de maltraitance.

ckinna | mercredi 30 octobre 2019

Belle initiative. A appliquer à toutes les communes de France ! Bénévole dans une association Chiens Chats et Compagnie, je suis régulièrement confrontée aux refus des maires qui prétendent qu'ils ont mieux à faire que de s'occuper des chats, que si on ne les nourrit pas, ils ne se reproduisent pas et qu'ils se débrouillent seuls.

Lilly | mardi 29 octobre 2019

L'idée est formidable bien sûr, mais vous savez ce qui peut arriver : empoisonnements, blessures volontaires, meurtres, torture, sans compter le vandalisme. C'est tous les jours que ça arrive, aux chats qui ont des propriétaires, aux chats de refuge, plus encore aux chats errants. Il faudrait au minimum que ces lieux de vie soient implantés sur des endroits clôturés et inaccessibles. L'idée est vraiment super et, une fois encore, vous prouvez à quel point vous êtes formidables, en vous occupant cette fois-ci du fléau abyssal de la souffrance des chats errants, mais il va falloir très sérieusement composer avec les données de la réalité du monde dans lequel on vit.

Aline | lundi 28 octobre 2019

Bien sûr, c'est très bien ça. Heureusement qu'il y a encore des gens bons sur cette terre. Car tellement d'horreurs sont faites. Moi je nourris les chats de mon quartier mais on commence à être débordés. Il y en a toujours des nouveaux, on n'arrive plus à suivre...