le vendredi 03 novembre 2023 | 13

Chasses traditionnelles: des milliers d'oiseaux seront piégés dans les Pyrénées-Atlantiques et les Landes

Chasses traditionnelles: des milliers d'oiseaux seront piégés dans les Pyrénées-Atlantiques et les Landes

Mis à jour le 28 février 2024

Le tribunal administratif de Pau vient de rejeter nos deux recours et ceux de la LPO. Alors même que le Conseil d’Etat a déjà considéré l’emploi de ces dispositifs comme illégal, les expérimentations de la honte pour ouvrir la voie au retour de la chasse des alouettes des champs aux matoles et aux pantes pourront donc continuer dans les Landes et dans les Pyrénées-Atlantiques. Les vociférations des chasseurs devant le Tribunal, après la suspension des trois premiers arrêtés dans les Ardennes, le Lot-et-Garonne et la Gironde, ont été entendues. Lamentable !

Hr blog

Quel que soit le résultat de ces expériences, que le gouvernement se le tienne pour dit : s’il autorise à nouveau ces chasses l’année prochaine, nous serons là comme nous l'avons toujours été depuis 2018, pour veiller au respect de la loi et, surtout, pour protéger les oiseaux des chasseurs, qui attendent impatiemment de pouvoir à nouveau capturer et tuer à mains nues des milliers d’alouettes des champs.

Maxime Lambret
Hr blog

Dans la thématique

Clap de fin pour les chasses traditionnelles ? Audience le 4 avril au Conseil d’État ! Putois et surmulot tués par des pièges : audience le 2 avril à Lorient !

Commentaires 13

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Isaline | mardi 21 novembre 2023

Ce n'est pas de la chasse !! Les oiseaux n'ont guère le choix que d'être
pris dans les filets.
C'est honteux !!

Cherami | lundi 13 novembre 2023

N'est-il pas possible de contester cette décision ?

Valou | mercredi 08 novembre 2023

Ras le bol, que le plaisir de tuer des chasseurs l emporte sur le droit de vivre des animaux.

marie-claude | mercredi 08 novembre 2023

Tous les moyens sont bons pour tuer, c'est une honte, il faut arrêter ce massacre. Marie Claude