le lundi 17 octobre 2022 | 12

Chasses traditionnelles des alouettes au Conseil d’État, et pour les perdrix grises et les pigeons ramiers à Toulouse : quatre arrêtés ministériels et trois arrêtés préfectoraux sur la sellette


Mis à jour le 27 décembre 2022

Notre équipe et nos avocats seront mobilisés en nombre le 20 octobre pour plaider, en même temps que la LPO, la cause des oiseaux à Paris au Conseil d’État. La suspension des arrêtés ministériels sur la chasse traditionnelle des alouettes y sera discutée et disputée ! Et au même moment au tribunal administratif de Haute-Garonne à Toulouse, où le sort des perdrix grises et des pigeons ramiers sera dans la balance de la justice administrative.

Hr blog

Edit au 23 octobre

Les arrêtés "Chasses traditionnelles" visant les alouettes des champs ont été suspendus par le Conseil d'Etat. Les arrêtés des préfets de Haute-Garonne et d'Ariège visant les perdrix grises et les pigeons ramiers n'ont pas été suspendus, hélas pour ces oiseaux.

Les avocats des cabinets de Me Gossement et de Me Thouy défendront respectivement les perdrix grises et les palombes (ou pigeons ramiers) dans le Sud-Ouest ; Me Lyon-Caen sera quant à lui au Conseil d’État pour porter notre combat pour les alouettes des champs et autres oiseaux pris dans les pantes (filets pliants) et matoles (cages tombantes).

Malgré un été particulièrement dévastateur, l’État remet le couvert pour les chasses traditionnelles aux oiseaux

On est en 2022... Après l’été que nous avons passé et les difficultés pérennes que rencontrent les oiseaux à cause de l’urbanisation et de l’agriculture intensive, on attendait autre chose du ministère de l’Écologie et des préfectures. Le premier s’entête à publier de nouveaux arrêtés pour maintenir les chasses traditionnelles contre l’avis répété du Conseil d’État, de la Cour de justice de l’Union européenne et contredisant ses propres déclarations. Et à Toulouse, la préfecture se fait chambre d’enregistrement des desideratas des chasseurs, contre les protections des oiseaux mises en place et également contre la directive européenne dite « oiseaux ».

Les palombes (ou pigeons ramiers) chassées en Haute-Garonne... par habitude ?

Nous attaquons en référé suspension les arrêtés du 31 août et du 8 septembre 2022, approuvant le plan de gestion cynégétique qui autorise la chasse des pigeons ramiers du 1er octobre au 30 novembre de 2022 à 2026 et prévoit ainsi les périodes et lieux d’ouverture de celle-ci. Outre les vices de forme, l’arrêté est vide de contenu. Or le statut protégé des palombes dans différents textes oblige à justifier une multitude d‘éléments pour autoriser leur chasse. Le plan de gestion approuvé par l’arrêté ne fait rien de tout cela et se contente d’exposer que la chasse de la palombe doit être maintenue en raison d’une tradition qui existerait dans la région. En d’autres termes : l’existence de cette chasse justifie sa perpétuation. Absurde. Nous considérons qu’il est urgent de suspendre cet arrêté car la saison de chasse aux palombes est déjà ouverte, et chaque vie perdue représente une atteinte à l’espèce.

Que les chasseurs défendent (mal) leurs intérêts est une chose, mais ce qui est grave, c’est que le préfet de Haute-Garonne a approuvé ce plan de gestion en substituant son appréciation à la leur.

En Ariège et en Haute-Garonne, deux et quatre perdrix grises par chasseur... sans limite ?

Nous avons attaqué en référé suspension également les arrêtés préfectoraux du 1er octobre permettant de fixer le quota à deux perdrix par jour et par chasseur dans l’Ariège et du 22 septembre 2022 à quatre perdrix par chasseur en Haute-Garonne. Les deux arrêtés ayant été publiés à quelques jours à peine du début de leur application. Mais les perdrix grises, elles aussi, sont protégées par la directive oiseaux. Les préfectures ne peuvent pas ne pas mettre de limite maximale de chasseurs ou d’oiseaux ! 

La vulnérabilité de l’espèce et l’absence de connaissance exacte de ses effectifs couplées au fait que la chasse affecte irrémédiablement l’état de conservation de l’espèce permettent de prouver l’urgence à suspendre ces arrêtés. C’est exactement cet argument qui nous a permis le 4 octobre dernier de faire suspendre l’arrêté du préfet des Pyrénées-Atlantiques, par le tribunal administratif de Pau.

Un ministre de l’Écologie persistant à faire abattre des petits oiseaux... avec cruauté et sans sélectivité !

Comme nous l’avions annoncé et comme la LPO, nous avons saisi le Conseil d’État de la suspension en urgence des quatre arrêtés ministériels du 7 octobre 2022 permettant la capture et l’abattage d’alouettes des champs, oiseaux pourtant protégés, selon des méthodes dites de « chasses traditionnelles » dans le Sud de la France (Landes, Lot-et-Garonne, Gironde et Pyrénées-Atlantiques). Cela représente plus de 106 500 alouettes, auxquelles s’ajoutent ceux d’autres espèces prises dans les filets ou dans les cages tombantes, qui par définition ne sélectionnent pas les animaux qu’ils piègent.

Le ministère avait indiqué qu’il ne prendrait pas de nouvel arrêté tant que la décision au fond ne serait pas intervenue dans ce dernier dossier… Or l’audience en question vient d’être fixée au 24 octobre prochain pour l’annulation des arrêtés de 2021, déjà suspendus. Force est de constater que ses engagements n’ont pas été respectés.

Nous demandons la suspension en urgence de ces arrêtés de la honte. La directive oiseaux est une fois encore piétinée par l’État français. Les critères clairement mis en avant par la Cour de justice de l’Union européenne et qui avaient permis au Conseil d’État de rendre le 6 août 2021 sa décision d’annuler les arrêtés 2018 à 2020 et de suspendre ceux de 2021 ne sont toujours pas pris en compte. Les chasses traditionnelles s’ajoutent à la chasse « à tir » et ne s’y substituent pas. Il n'y a pas non plus de contrôles supplémentaires. Bref, l’autorisation de ces chasses n’est donc pas dans « l’intérêt des oiseaux ». Mais qui en doutait ? Quelle chasse pourrait l’être ?

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Lot-et-Garonne : les chiens du hangar sont bien victimes de mauvais traitements. Il est facile de prétendre le contraire une fois que tout a été nettoyé. Dans le Lot-et-Garonne, des chiens «de chasse» livrés à eux-mêmes dans un hangar : One Voice enquête et dépose plainte

Commentaires 12

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Jackie | dimanche 23 octobre 2022

Quand les pseudos "humains" cesseront-ils de massacrer par plaisir ?

Olivo | jeudi 20 octobre 2022

Ceux qui font perdurer la chasse pour tuer ces oiseaux, seront peut-être les premiers demain à dire que les oiseaux disparaissent.
Ces chasses devraient être considérées comme écocides.

Marieangerossi | jeudi 20 octobre 2022

Honte à l'État et à ceux qui organisent ce genre de choses. Qui plus est, à une époque où on se doit de protéger la nature, l'environnement...

Dejeu | mercredi 19 octobre 2022

Quand se préoccupera t'on de l'insupportable souffrance des fourmis euthanasiées par des produits toxiques, des moustiques gazés sans vergogne, des frelons asiatiques dont la destruction des nids entraine de longues souffrances inhumaines...
Ce sont bien des animaux, dignes eux aussi de compassion !