le mercredi 18 novembre 2020 | 48

Chasse et confinement dans le Pas-de-Calais : audience le 27 novembre!


Mis à jour le 18 novembre 2020

Malgré le confinement qui devrait imposer à tous la décence de ne pas sortir pour leurs loisirs, à la demande des chasseurs, le préfet du Pas-de-Calais a pris un arrêté « chasse de régulation » sur son territoire. Mais quel que soit le nom que l’on donne à la chasse autorisée en temps de confinement, les animaux continuent à être traqués dans les forêts, des forêts inaccessibles aux promeneurs et aux familles ! Nous avons donc attaqué l’arrêté préfectoral manquant d’arguments substantiels qui vient d’être publié, pour obtenir sa suspension en urgence et son annulation. L’audience aura lieu au tribunal administratif de Lille vendredi 27 novembre à 14 h.

Hr blog

La parution fin octobre de la circulaire ministérielle autorisant la chasse dite de « régulation » pendant le confinement, par opposition aux « chasses de loisir » - officiellement pour éviter une explosion des dégâts aux cultures et exploitations forestières – a ouvert une brèche, une aubaine pour les chasseurs. Le 5 novembre, la préfecture du Pas-de-Calais a ainsi publié un arrêté autorisant le massacre de sangliers, chevreuils, daims, cerfs Sika, et d’animaux d’espèces classées comme susceptibles d’occasionner des dégâts dans le département : pigeons ramiers, renards roux, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, rats musqués.

De fallacieux les années précédentes, les arguments sont ici carrément inexistants !

Comme souvent, l’arrêté ne démontre l’existence d’aucun dégât les années précédentes, ni que les animaux visés en seraient responsables. En réalité, cet arrêté vise à autoriser le maintien de la chasse en plein confinement, alors que tous les pratiquants de sports de nature sont contraints de rester chez eux.

En effet, d’une part il n’existe aucune distinction en droit entre la chasse de loisir et celle de régulation ! D’autre part, l’arrêté ne s’applique que pour la période de chasse habituelle de ces espèces. Enfin, le président de la fédération nationale des chasseurs (et aussi du département), Willy Schraen, a annoncé son intention de demander au Premier ministre d’obtenir que les chasses individuelles puissent être prises en compte dans les arrêtés préfectoraux, prouvant que ce qu’il cherche est encore plus de laxisme dans l’encadrement des autorisations de sortie pour chasser. Cerise sur le gâteau, des chasseurs qui se trouvent hors du département concerné peuvent même venir tuer les animaux sélectionnés comme « nuisibles » dans le Pas-de-Calais !

La préfecture du Pas-de-Calais fait donc passer les intérêts des chasseurs (sous couvert de régulation et de lutte contre les dégâts) avant les intérêts sanitaires et le droit à la santé de tout un chacun. Nous avons donc déposé un recours en référé suspension et un recours en annulation pour excès de pouvoir devant le tribunal administratif de Lille. L’audience pour la suspension de l’arrêté est fixée au 27 novembre à 14 h.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Nouvelle enquête ! La chasse en enclos infiltrée par One Voice Avec la chasse en enclos, on est sûr de remporter de gros lots !

Commentaires 48

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Stella | jeudi 26 novembre 2020

Dans l'Oise où Mme la Préfète avait autorisé la chasse pour régulation, il s'est avéré que des chasseurs ont régulé autour de repas copieusement arrosés. En un mot, ces chasseurs faisaient bombance sous couvert de la chasse! Au grand dam de Mme la Préfète qui, très désappointée, a retiré son arrêté dans deux villes. Voilà comment les chasseurs se fichent du reste de la population!

Bernard | mardi 24 novembre 2020

Il s'agit d'une excellente initiative de la part de One Voice. Elle va permettre de révéler au grand jour si la justice est encore indépendante en France ! Il serait peut-être intéressant de créer une pétition adressée à tous les Français qui sont bloqués dans leurs logements, qui ont eu des amendes, qui ont perdu leurs emplois, dont les entreprises font faillite, etc... pour leurs montrer que certains ont des "passes-droits" donnés par l'État juste pour satisfaire leurs besoins morbides.

trochu | dimanche 22 novembre 2020

Non mais c'est épouvantable et tous ces animaux chassés, cités dans votre article, démontrent à quel point la chasse et les chasseurs ne tuent pas pour soi-disant "réguler" mais "juste pour le plaisir de tuer" c'est clair et évident ! Nous devons vraiment tous dénoncer et agir en faisant pression auprès du gouvernement de la honte afin qu'ils cessent tous de cautionner et protéger le lobby de la chasse et interdire la chasse. Je sais que cela semble utopique étant donné que notre président est un fervent chasseur et qu'il défend la chasse à courre, je trouve tout cela choquant et inacceptable pour un tel personnage ! Et la ministre de la transition écologique que fait-elle par rapport à de telles dérogations scandaleuses ? Aucun animal ne doit être chassé ni tué car aucun n'est "nuisible", ce mot que je maudis n'est valable que pour les chasseurs et ceux qui vénèrent et trouvent encore "normal" qu'il faille tuer des animaux pour "réguler" leurs populations.
Je vous remercie profondément One Voice, car il est impensable de vivre sereinement et en paix avec soi-même en sachant que nos frères, les animaux, se font traquer et tuer au quotidien et dans tous domaines. Le combat doit continuer, nous devons parvenir à ce que le lobby de la chasse ne soit plus cautionné par LREM mais aussi par l'ensemble de la population. C'est pitoyable et lamentable en 2020 et dans la période que nous vivons!

claude | samedi 21 novembre 2020

Comment disent-ils tout le temps ? Liberté, égalité, fraternité ?