le mardi 03 septembre 2019 | 146

Cauchemar en Dordogne pour des chiens "de chasse" !

On savait les chiens de chasse victimes de maltraitance. Nous voici témoins du raffinement de la cruauté ! En Dordogne, nos enquêteurs ont découvert une centaine d’individus attendant parmi les morts. Malgré nos alertes, le chasseur qui les exploite a toujours les mains libres… Nous avons porté plainte et demandons à la justice de l’emporter !

Hr blog

En surface, on distingue de petits monticules blanchâtres…. Des ossements émergent du sol. Ceux d’un canidé. La terre renferme d’autres squelettes… Il s’agit d’un charnier.  Nous sommes en Dordogne. Dans un élevage de chiens de chasse dûment référencé et protégé par des soutiens hauts-placés !

La cruauté, en pratique

Au sein de cette sorte de ferme, une centaine d’individus sont remisés avant de servir les rois de la gâchette locaux. Certains sont à l’attache dans la boue, d’autres enfermés avec leurs chiots dans des fourgonnettes, d’autres encore séquestrés dans des locaux insalubres, quand ils ne sont pas confinés dans des cages de transport… Malnutris, privés d’un libre accès à l’eau pour étancher leur soif, entassés dans des conditions sanitaires épouvantables et illégales, les plus fragiles ne résistent pas. Et leurs dépouilles à l’abandon servent de repas à leurs compagnons affamés.

Non à l’omerta !

Face à cette horreur, en infraction absolue avec la loi, nous avons aussitôt alerté les autorités. Mais, comme dans le cas d’un autre site contre lequel nous nous battons dans la même région nos allégations sont restées lettres mortes. Motif ? « Aucune raison d’intervenir car ce ne sont « que » des chiens de chasse. » Oui. Car il apparaît, une fois de plus que, dans l’esprit de certains, il y ait des animaux méritant moins de considération et de droits que d’autres. Surtout lorsqu’ils sont détenus par des chasseurs… Nous nous insurgeons contre cette partialité et ces souffrances tolérées ! Nous ne pouvons laisser les fusils gouverner notre pays, ni accepterle deux poids deux mesures. Nous portons donc cette affaire devant les tribunaux, nombreuses vidéos à l’appui, afin que la justice sorte de son mutisme ! Ce chasseur doit répondre de ses actes de maltraitance évidente (pour peu qu’on veuille bien ouvrir les yeux), et nous réclamons en urgence la saisie conservatoire des victimes dont cette personne a la responsabilité ! 

Marie-Sophie Bazin
Hr blog

Dans la thématique

Blaireaux, vessies et lanternes…
Le cri des cormorans ? Urgence à y répondre !

Commentaires 146

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

lorie | vendredi 20 septembre 2019

Ignominie...Barbarie sans nom...
ONE VOICE peut déclencher les procédures qui s'imposent en extrême urgence et lancer des alertes sur les réseaux sociaux ? Je connais ces circuits de l'omerta mais on finit par les neutraliser... Et impliquer les autres fondations qui peuvent aussi prêter main forte, l'union fait la force.
Et le MINISTRE de l'Agriculture, que fait-il?? Il en est de sa compétence, lui qui affirme haut et fort qu'il se préoccupe du bien-être animal!
Bon courage à vous ONE VOICE et bonne chance dans vos efforts.

Jocelyne | jeudi 19 septembre 2019

Ces personnes auront un jour ou l'autre le retour de leurs actions.
On juge une nation à la manière dont elle traite les femmes et les animaux.

Jean michel | lundi 16 septembre 2019

C'est absolument ignoble et scandaleux. C'est de la maltraitance, de la torture allant jusqu'à la mort. La loi punit de 30000 euros d'amende et 2 ans de prison. Apparemment c'est une meute pour la chasse à courre, donc milieu très aisé et protégé. Ces gens là sont donc au dessus des lois !

KettyG | dimanche 15 septembre 2019

On savait nos amis les chiens de chasse constamment maltraités, que la justice enfin soit saisie et légifère rapidement pour ce cas douloureux.