le mercredi 11 octobre 2023 | 12

Audience du 12 octobre 2023 : les palombes des Pyrénées victimes de la chasse méritent une défense claire

Audience du 12 octobre 2023 : les palombes des Pyrénées victimes de la chasse méritent une défense claire

Mis à jour le 08 février 2024

En mars 2022, nous avions réussi à faire partiellement suspendre un arrêté de la préfecture de l’Aude autorisant l’abattage de palombes en pleine période migratoire. Le 12 octobre 2023, nous serons au tribunal administratif de Montpellier pour demander l’annulation de ce même texte et protéger ces animaux à long terme. L’acharnement sur ces oiseaux, déjà victimes de l’agriculture intensive et de l’urbanisation grandissante, doit cesser.

Hr blog

Pigeons ramiers, oies sauvages, corbeaux freux et corneilles noires, ou encore perdrix grises et alouettes… One Voice se bat depuis des années pour tous les oiseaux qui subissent l’obsession destructrice des chasseurs alors même que leur survie est déjà mise en péril par les activités humaines. À croire que ces acharnés de la gâchette ne s’arrêteront que quand la nature sera silencieuse… Jamais nous n’accepterons ces tueries.

Les pigeons ramiers pris pour cibles

En classant les pigeons ramiers, aussi appelés palombes, parmi les « Espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » (ESOD), la préfecture de l’Aude a autorisé la reprise des tirs le 20 février 2022, dix jours après la fin de la période de chasse et en pleine migration prénuptiale. Un texte qui piétinait la directive européenne « Oiseaux » en plus de n’apporter aucune preuve des dommages soi-disant causés aux cultures.

Ces nomades, seulement de passage dans le ciel de notre littoral à leur retour d’Espagne, allaient être tués avant même d’avoir pu se poser sur le sol français. Nous avons réussi à faire partiellement suspendre cet arrêté, dont le seul but était de prolonger un passe-temps mortifère, et demandions depuis près d’un an et demi qu’il soit annulé pour pouvoir mettre un point final à cette affaire.

Les chasseurs veulent remplacer les battements d’aile par le sifflement des balles… Nous nous y opposons !

En 2018 déjà, le ministère de la Transition écologique, dont la complaisance envers nos opposants relève plus de la règle que de l’exception, leur avait offert sur un plateau l’autorisation de tuer dès le mois de février les oies cendrées traversant notre ciel.

Pour les palombes des Pyrénées, nous serons au tribunal administratif de Montpellier le 12 octobre 2023, pour l’audience qui commencera à 10 heures.

Marion Henriet
Hr blog

Dans la thématique

Déterrage des blaireaux : suspensions dans l’Aveyron et le Cher, nouvelles audiences dans sept autres départements ! 300 vies sauvées. Dans le Finistère, les blaireaux passeront l’été 2024 en paix !

Commentaires 12

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Anne-Marie | vendredi 20 octobre 2023

La pire espèce occasionnant les pires dégâts étant la nôtre, à quand un permis pour la chasser ?

Muriel2018 | vendredi 20 octobre 2023

Merci, One Voice. Encore des oiseaux qui font leur travail d'oiseaux et qui le paient de leur vie. Encore des gens pour qui c'est marrant de tuer. Ils feraient bien de s'essayer au tir aux pipes au lieu du tir aux palombes.

Igor | mercredi 18 octobre 2023

Pour chasser les palombes, il y a déjà l'autour des palombes ! Pas besoin de chasseurs en plus !

Jojo | lundi 16 octobre 2023

Avez-vous déjà vu un milliers de ramiers dans un semis de blé ou de pois ?
Moi oui, et ça fait des dégâts. Alors sortez, ouvrez les yeux et vous verrez la réalité...