le vendredi 28 mai 2021 | 4

Audience au Conseil d’État le 28 mai 2021 : les derniers instants de la chasse à la glu en France?


Mis à jour le 28 mai 2021

À l’issue de l’audience de ce vendredi 28 mai 2021 au Conseil d’État sur la pratique de la chasse à la glu, jugée sur le fond après les requêtes déposées notamment par One Voice sur les arrêtés de 2018 et 2019, et à la suite de la décision positive rendue par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), il était permis d’être optimiste sur l’issue à venir. La décision de la plus haute juridiction publique française a été mise en délibéré.

Hr blog

Photo : Bernard Ruelle - CC BY-NC-ND 2.0

    

    

Dans ses conclusions, le rapporteur public a annoncé qu’il préconisait l’annulation des arrêtés de 2018 et de 2019. En effet, pour lui qui analyse le dossier et guide le Conseil d’État afin qu’il prenne une décision « éclairée », il existe plusieurs raisons à cela :

À ses yeux, le ministère n’a pas argumenté de manière suffisante l’absence d’autre solution que la chasse à la glu pour piéger les petits oiseaux visés par les 6000 chasseurs que cela concerne, sachant que ce type de chasse est éteinte partout ailleurs en Europe. Il n’a pas non plus suffisamment justifié que ce piège était non sélectif. Autrement dit, nous disions que cette pratique colle tous les oiseaux indifféremment, sans sélectivité du piège, et le rapporteur public va dans notre sens (ainsi que dans celui de la décision de la CJUE).

Il a également conseillé que les interventions de la Fédération nationale des chasseurs ne soient pas admises et que l’État verse à One Voice ainsi qu’à la LPO la somme de 3000 euros de dommages chacun pour 2018 et 3000 euros pour 2019.

Pour Muriel Arnal, présidente fondatrice de One Voice:

« Pour les petits oiseaux, aujourd’hui enfin, l’espoir est là que le Conseil d’état suive le rapporteur public et annonce la fin de la chasse à la glu. Nous le souhaitons tellement ! Nous continuons le combat contre toutes les autres chasses traditionnelles, ces pratiques dégradantes doivent toutes être abolies. »

Bien évidemment, au Conseil d’État, le rapporteur public n’est pas celui qui rend la décision, mais son avis compte. C’est pourquoi nous sommes optimistes au sortir de l’audience. D’autant plus, rappelons-le, qu’Emmanuel Macron, après nos nombreux référés et une forte mobilisation citoyenne, avait fait fixer à zéro le quota de l’année 2020-2021 pour la chasse aux gluaux par le ministère de la Transition écologique. Enfin, la décision de la Cour de justice de l’Union européenne, interpellée par le Conseil d’État sur cette même question à la suite de nos précédentes requêtes, a pris elle aussi le parti des oiseaux il y a quelques mois. La décision a été mise en délibéré.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Non, la tuberculose bovine ne se propage pas plus quand on laisse la vie sauve aux blaireaux Coitus interruptus pour les déterreurs de blaireaux dans le Lot-et-Garonne

Commentaires 4

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Karine et Philippe | mercredi 09 juin 2021

Il est grand temps que nos polichinelles de l'État qui sont férus de la chasse pour certains, sous la tutelle de cette oligarchie poudrée à la verbe violente qui chassent dans nos forêts à l'aide de leurs petits pères chargés des sales besognes, sachent que plus de la majorité des français sont contre la chasse. Elle n'est source que de cruauté et de barbarie et a entraîné bon nombre de morts d'êtres vivants dotés de sensibilité ainsi que des randonneurs, cyclistes, cueilleurs de champignons, joggers, et promeneurs avec leurs animaux de compagnie. Inutile de rappeler l'histoire de cette jeune femme enceinte, dont la vérité a été étouffée, une parmi tant d'autres. Nous en avons assez de cette violence dans tous les domaines. Il serait plus urgent de chasser ceux qui commettent des atrocités dans notre pays et restent impunis, pas trop de circonstances atténuantes en leur faveur et non pour les victimes. Il est urgent de nous rendre aux urnes et de voter, en usant de ce droit qui nous reste pour la liberté et le bien-être de nos animaux et pour nous-mêmes.

trochu | mardi 08 juin 2021

C'est toujours la même rengaine, comment est-ce possible de cautionner une telle chasse parmi tant d'autres bien évidemment, il est impensable d'admettre la chasse à glu comme la chasse à courre et la chasse tout simplement lorsque l'on aime les animaux. La chasse de toute façon n'est que monstrueuse et abominable et nos oiseaux, qui sont les merveilles du ciel et de la terre comme les autres animaux, n'ont pas à être chassés et tués mais protégés et défendus. Toute l'indifférence et l'insensibilité face aux animaux quels qu'ils soient démontre clairement toute la violence, toute la cruauté et ce sentiment "d'être tout puissants et supérieurs" aux animaux et c'est grave, car il n'en est rien les humains devraient plutôt prendre exemple sur nos frères les animaux pour apprendre à vivre à nouveau humainement et se respecter, nous n'arrivons pas à la cheville de tous ces animaux si fabuleux et si intelligents qui ont tout compris et le démontrent à travers leurs vies et leurs conduites entre eux. J'espère profondément que cette chasse ignoble et immonde sera définitivement abolie et que nos oiseaux seront enfin protégés et défendus et non plus traqués pour le plaisir de tuer ! il en va de même pour la chasse !

Stéphane | samedi 05 juin 2021

J'espère que cette pratique barbare sera enfin définitivement interdite.

MARC | vendredi 04 juin 2021

Pensons au bien-être de nos oiseaux.
Marc