le mardi 11 mai 2021 | 4

Audience à Blois pour actes de cruauté sur les animaux des Poliakov le 12 mai 2021


Mis à jour le 21 juin 2021

Mercredi 12 mai à 13h30, au tribunal correctionnel de Blois, aura lieu le procès qui suit notre dépôt de plainte contre le couple Poliakov et Bruneau pour sévices graves, actes de cruauté et mauvais traitements commis par des professionnels. Il est aussi poursuivi pour avoir placé ses animaux dans un environnement susceptible de les faire souffrir.
Pour soutenir notre argumentaire : les rapports d’inspection des services vétérinaires de la préfecture, des expertises de spécialistes des ours, des témoignages d’anciens employés du couple et les quelque deux cents heures de vidéo de notre enquête.
Un rassemblement de militants de notre association, d’AVES, de Paris Zoopolis et du Parti Animaliste aura lieu devant le tribunal juste avant l’audience.

Hr blog

Edit au 13 mai 2021:

L'annonce de la décision du tribunal est fixée au 1er septembre 2021 à 13h30.

Vous pouvez consulter les moments clés de l'audience sur notre fil Twitter.

Doit-on rappeler les conditions dans lesquelles Micha, Bony et Glasha devaient survivre ? Dans des geôles infâmes ouvertes aux courants d’air, nourris de fruits et légumes moisis, cohabitant avec des rats potentiellement porteurs de maladies pour eux qui n’ont pas été soignés pendant des années et des années... La petite Mina, maintenue six ans dans cinquante centimètres carrés, puis transférée dans sa cage actuelle qui ne nous était apparue dans un premier temps que comme une déchetterie de la propriété, tant de pots de yaourt vides et autres s’y accumulant. Les Poliakov n’avaient même pas l’autorisation de la détenir ! Les chevaux n’étaient pas parés, et les oiseaux rares, aras et cacatoès, ainsi que les tourterelles, restaient confinés dans des cages à l’intérieur d’une remise, sans lumière du jour.

Mais personne n’impose au couple de posséder des animaux !

Ils seraient attachés à eux, nous a-t-on dit lors des audiences au tribunal administratif... Qui peut le croire ?
Car les asticots grouillaient non seulement sur les pattes de Micha, mais ils sortaient aussi de ses voies respiratoires. L’ours, qui portait les stigmates de coups répétés sur son corps meurtri, avait perdu un poids considérable et de manière continue depuis au moins quatre ans.
Le cancer du larynx qui lui a été diagnostiqué après que nous avons envoyé au ministère de la Transition écologique et diffusé publiquement nos images, n’a été détecté que parce que Micha a pu être soustrait à la garde des Poliakov ! Sans cela, il serait mort dans sa cellule moyenâgeuse dans le plus grand silence, loin des yeux et de la connaissance du public.

Que serait-il advenu de Bony et de Glasha ? De Mina ? Des oiseaux ? Que se passe-t-il sans ce travail, indispensable, de vigie, de lanceur d’alerte que nous menons ? Les animaux décèdent sans que personne s’en préoccupe, puisque l’État lui-même, au niveau ministériel, ne répertorie pas les animaux détenus par les dresseurs. Et au niveau préfectoral, il se contente d’inspections que l’on qualifiera poliment de légères par du personnel en sous-effectif et non spécialisé dans les espèces concernées, et notifie sans sévir pendant des années. Voilà ce qu’il advient pour tant d’entre eux.

Posséder des animaux sauvages et les maintenir captifs est un non-sens, d’autant plus à l’aune des connaissances scientifiques actuelles et des graves menaces qui pèsent sur eux dans la nature. Mais puisque la loi l’autorise à certaines conditions, cela doit engager la responsabilité de ces personnes qui sont, circonstance aggravante, des professionnels. En aucun cas les animaux ne devraient être soumis à une telle misère morale, affective et sanitaire.

Muriel Arnal, présidente de One Voice, déclare :

« Nos enquêteurs ont pris tous les risques pour montrer la réalité des conditions de détention, lesquelles ont amené Madame Borne, alors ministre de l’Écologie, à intervenir immédiatement et nous l’en remercions. Leur courage est bien éloigné de la façon dont les autorités ont fermé les yeux pendant des années. Elles savaient, elles avaient vu : Mina maintenue illégalement pendant six ans dans une cage de 50 cm2 au fond du camion dont les ours ne sortaient que pour aller sur la piste. Déjà en 2005, nous alertions les autorités et le public, images à l’appui, sur ce qu’enduraient les animaux et les infractions à la maigre législation. Aujourd’hui, rien n’a changé pour les animaux détenus illégalement par les dresseurs des cirques. Qui aura enfin le courage de faire appliquer les textes en vigueur ? Nous ne demandons rien d’autre. Pourquoi ce laxisme sans fin ? Nous espérons que ce procès mettra en lumière ces scandales qui se répètent sans cesse. »

Pour notre avocate, Me Moreau, « pendant plus de douze années les exploitants ont laissé des animaux d’espèces domestiques et non domestiques vivre dans des conditions sources de grandes souffrances. [...] En aucun cas ces animaux n’ont été détenus dans des conditions visant à garantir leur bien-être et leur santé ». Quant aux mauvais traitements, les exploitants ont agi en toute connaissance de cause puisqu’ils sont des professionnels, titulaires de certifications. Par ailleurs, M. Poliakov est un récidiviste. Enfin, concernant les actes de cruauté, les témoignages sont explicites. Il faisait usage de la violence envers les animaux, notamment lorsqu’il était en état d’ébriété.

Nous demandons la confiscation de l’ensemble des animaux détenus par le couple et qu’ils nous soient confiés ; que la garde définitive de Bony et Glasha soit donnée aux refuges qui les ont accueillis. Mais cela ne s’arrête pas là : nous demandons que les Poliakov-Bruneau ne puissent plus jamais détenir d’animaux ni exercer d’activité professionnelle ou sociale en lien avec des animaux.

QUELQUES DATES CLÉS DEPUIS TROIS ANS (2018-2021)

  • 19 septembre 2019 : les experts à qui nous avons fait appel pour analyser les vidéos tirent la sonnette d’alarme à propos de l’état des ours et de leurs conditions de détention. Nous recevons des témoignages d’anciens employés attestant de la situation délétère des animaux sur la propriété et de la violence de M. Poliakov et de Mme Bruneau.
  • 5-8 novembre 2019 : nos actions publiques déclenchent des réactions préfectorales… Nous déposons un recours au fond (tribunal administratif) pour excès de pouvoir contre le préfet (car il n’a pas agi pour les animaux). Le 8, nous déposons un référé-suspension pour faire retirer le certificat de capacité des dresseurs, faire annuler leur autorisation d’ouverture et faire saisir Bony, Glasha et tous les autres animaux (les audiences ont eu lieu le 15 avril 2021 : refus du tribunal).
  • 12 novembre 2019 : Micha est opéré et meurt à la Tanière.
  • 25 novembre 2019 : nouvelles images des geôles barricadées et premières images de Mina. Le préfet ordonne le placement de Bony et Glasha.
  • 29 novembre 2019 : Bony et Glasha sortent de leurs geôles provisoirement et sont transférés dans les refuges où ils sont encore aujourd’hui. (Nous obtenons qu’ils ne puissent pas être récupérés par les Poliakov le 29 avril 2021 après une intervention volontaire à l’audience du 15 avril 2021.)
  • 3 janvier 2020 : les Poliakov font obstacle à l’inspection inopinée des services de l’État.
  • 15/29 avril 2021 : trois audiences le même jour et décision des plaintes au tribunal administratif pour excès de pouvoir, retrait des certificats de capacité et autorisation d’ouverture de l’établissement, ainsi que le retrait de Mina et des autres animaux. Intervention volontaire dans l’affaire qui oppose les Poliakov à la préfecture, pour nous assurer que Bony et Glasha ne retournent jamais chez les Poliakov.
  • 12 mai 2021 : au tribunal correctionnel de Blois pour la plainte au pénal contre les Poliakov, suivant notre dépôt de plainte du 6 septembre 2019 et compléments ayant suivi.

Translated from the French by Joely Justice

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

À 55 ans, Mina continue de prendre des coups dans le cirque One Voice part à la rencontre des collégiens

Commentaires 4

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

marie-claude | samedi 05 juin 2021

J'espère que les POLIAKOVS seront punis pour avoir fait subir de la maltraitance à leurs animaux, maintenant justice!

Stella | mercredi 19 mai 2021

Que c'est dur de savoir que Micha et ses compagnons auraient pu être délivrés de cet enfer il y a plus de 5 ans au moins, pris en charge et soignés, mais qu'ils ont été abandonnés par une administration indifférente à leur sort. Comment peut-on rester insensible à ces images ? Elles étaient criante la détresse de Micha sur les photos.. Comment peut-on tolérer de laisser un être vivre dans un cachot ? Micha serait peut-être encore vivant aujourd'hui, Tous ces êtres n'ont rien fait de mal qui justifie d'avoir été maltraités ainsi..
Quid de Mina et des autres ???

Nana | mercredi 12 mai 2021

J'espère de tout coeur que ces personnes seront bien punies, c'est inadmissible de faire ça à des animaux. Pour moi un animal n'est pas un jouet on ferait ça a des enfants on trouverait ça honteux respectons les animaux comme nous respectons nos enfants je soutiens de tout coeur. Arrêtons cette barbarie.

trochu | mercredi 12 mai 2021

Mes pensées profondes sont et ont été avec vous durant ce 12 mai 2021 car ça suffit que ces animaux continuent à être exploités et utilisés "comme moyen de distraction et d'amusement" pour crétins et imbéciles sans cervelles ! Il est impensable de continuer d'emmener ses enfants dans de tels cirques et donc cautionner toutes ces souffrances et douleurs ! Cela fait cinquante ans que des gens se battent en faveur des animaux et dénoncent de telles exploitations immondes et ignobles et nous sommes en 2021 et les choses n'évoluent guère ou très et trop lentement. Il faut que ces circassiens soient condamnés et punis pour cruautés et maltraitances animales et obligés de cesser toutes activités concernant et avec des animaux et que ces animaux sauvages soient placés dans des sanctuaires de repos.
J'espère profondément que vous avez gagné contre de tels individus et en faveur de tous ces malheureux animaux, MERCI ONE VOICE !