le mercredi 31 mai 2023 | 8

Allier, Puy-de-Dôme, Vienne… Les blaireaux épargnés par les tribunaux

Allier, Puy-de-Dôme, Vienne… Les blaireaux épargnés par les tribunaux

Mis à jour le 05 juillet 2023

Et de 9 ! Les victoires s’enchaînent pour les blaireaux : saisi par One Voice, le tribunal administratif de Clermont-Ferrand vient de suspendre en urgence la période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux dans ces départements. Le tribunal administratif de Poitiers en a fait de même dans la Vienne.

Hr blog

Décision après décision, la justice confirme que les arrêtés autorisant le déterrage des blaireaux au printemps doivent être suspendus. Dans ces trois départements blaireautins et leurs familles auront donc la vie sauve dans les semaines et mois à venir.

Dans l’Allier et le Puy-de-Dôme où One Voice attaquait avec FNE Allier et FNE Puy-de-Dôme, des arrêtés préfectoraux avaient autorisé le déterrage du 15 mai au 30 juin. Alors même que les fédérations départementales des chasseurs étaient intervenues au soutien de la préfecture pour défendre ce « loisir » qui, chaque année, conduit des milliers de blaireaux à mourir dans des souffrances insupportables, le juge des référés a balayé leurs arguments. Non seulement que les arrêtés ont été adoptés à l’issue de procédures irrégulières, mais les jugements confirment que ce mode de chasse met en danger des blaireautins présents dans les terriers au printemps et en été.

A Poitiers, saisi par One Voice, la LPO et Vienne Nature, le tribunal a suivi le même raisonnement et a suspendu le déterrage du 1er juin au 30 juin dans le département de la Vienne. Il a notamment considéré, comme nous lui demandions, que les blaireautins soient vus comme des « petits » tant qu’ils n’ont pas atteint leur maturité sexuelle, soit autour d’un an.

Dans les semaines qui viennent, nous continuerons de mener le combat contre l’acharnement dont sont victimes les blaireaux. Nous renouvellerons nos recours dans ces trois départements pour obtenir la suspension du déterrage jusqu’au mois de septembre.

Partout en France, d’autres tribunaux seront amenés à se prononcer ces prochaines semaines :

  • le 5 juin 2023 à 14 heures, nous serons présents à Orléans pour défendre les blaireaux de l’Eure-et-Loir et du Loiret ;
  • le 6 juin, nous interviendrons à 11 heures au tribunal administratif (TA) de Châlons-en-Champagne pour obtenir la suspension de l’arrêté du Préfet de l’Aube, et à 14 heures à celui de Bordeaux contre l’arrêté du préfet du Lot-et-Garonne ;
  • le 8 juin à 11 heures, nous serons au TA de Rennes pour empêcher le déterrage des blaireaux en Ille-et-Villaine cet été ;
  • et le 13 juin à 10 heures, au TA de Nancy concernant la Meuse.

La décision du tribunal administratif de Nantes, (audience du 26 mai pour un arrêté préfectoral concernant la Vendée) est prévue autour du 5 juin prochain, et celle du tribunal administratif de Lyon (audience du 31 mai concernant le Rhône) en fin de semaine ou début de semaine prochaine.

Alors que One Voice et d’autres associations ont récemment porté plainte devant le Comité de Berne pour dénoncer le traitement fait aux blaireaux en France, il est plus que jamais temps d’exiger l’abolition pure et simple de la vénerie sous terre!

Nicolas Yahyaoui
Hr blog

Dans la thématique

Déterrage des blaireaux : suspensions dans l’Aveyron et le Cher, nouvelles audiences dans sept autres départements ! 300 vies sauvées. Dans le Finistère, les blaireaux passeront l’été 2024 en paix !

Commentaires 8

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Wallace | dimanche 11 juin 2023

Super! Merci pour ces victoires.
J'attends avec impatience la même victoire dans mon département (Manche)

Nicole | mercredi 07 juin 2023

Ouf, enfin la justice s'est rendu compte de cette souffrance gratuite et inutile

Carole | mercredi 07 juin 2023

C'est merveilleux le travail que vous faites. Merci pour votre investissement.

Paulo | mardi 06 juin 2023

Félicitations pour vos actions. Il est notable, je n'ai pas le recul pour savoir si cela est dû au gouvernement actuel, mais les préfets méritent régulièrement d'être recadrés par les tribunaux pour leur lecture sous influence sans doute de la législation. Merci d'être là pour les confondre devant la justice.