le mercredi 29 juillet 2020 | 26

2020-2021 sans chasse à la glu ? Si les chasseurs attaquent, ils nous trouveront à nouveau sur leur chemin

La Cour de justice de l’Union européenne a été interpellée une nouvelle fois par le Conseil d’État sur la directive « oiseaux » à la suite de nos recours. Et Barbara Pompili envisage à présent très sérieusement de mettre fin à la chasse à la glu pour la saison 2020-2021 ! Sans grande surprise, les chasseurs sont vent debout. Mais s’ils attaquent le ministère de la Transition écologique, nous serons présents pour défendre, une fois encore, les oiseaux, et montrer notre soutien à ce changement de paradigme que nous appelons depuis des années.

Hr blog

Un « jeu » cruel qui touche enfin à sa fin

Les chasseurs de cinq départements du sud-est de la France tiennent à faire perdurer leur tradition cruelle, qui consiste à faire mourir les oiseaux en les piégeant à la glu sur les branches. Terrifiés, tous les pauvres oiseaux collés se débattent, se blessent, parfois meurent dans ces pièges qui plus est non sélectifs. Ces chasseurs spécialisés auront beau répéter à l’envi qu’ils relâchent les petits oiseaux dont les espèces ne sont pas visées, le mal est fait : beaucoup meurent des conséquences de leurs blessures ou du stress, ou servent d’appelants pour d’autres et vivent captifs des mois durant. On ne parle pas du braconnage, mais chacun sait que le phénomène existe.

L’an dernier, à la suite de notre requête au Conseil d’Etat sur les arrêtés 2018, l’Union européenne avait clairement rappelé la France à l’ordre sur la directive « oiseaux ».

Le message de la Cour de justice européenne aurait-il été entendu ?

Fin avril 2020, la Cour de justice européenne a répondu à nouveau favorablement à notre demande d’interdiction de la chasse à la glu en France, dans le cadre de nos recours concernant les arrêtés de 2019 sur ces chasses traditionnelles des oiseaux (à la glu mais aussi à la mantole, aux tandelles, pantes et autres filets). À cette occasion, le Conseil d’État, lui, avait encore demandé à l’Europe d’intervenir auprès du Ministère de la Transition écologique.

Alors que ses prédécesseurs à peine nommés s’étaient empressés de signer les arrêtés mis en cause, Barbara Pompili s’est récemment exprimée en faveur d’un quota d’oiseaux piégés à la glu réduit à zéro pour la saison 2020-2021. Et pour cause ! Cette décision vient couronner des années de lutte contre le ministère de la Transition écologique qui ne nous aura fait aucun cadeau. Nous accueillons donc avec joie ce changement tant attendu annoncé par la nouvelle ministre sur le sujet.

Les chasseurs, en « complet désaccord » (qui aurait pu penser qu’ils réagissent autrement quand leur loisir sadique pourrait leur être retiré ?), auraient l’intention d’engager des procédures juridiques pour protéger la chasse à la glu. Nous avons déjà fait plier au niveau européen les élus soutenant ce lobby. S’il faut attaquer à nouveau, nous n’hésiterons pas. En attendant, pour demander la fin des chasses traditionnelles, signez notre pétition

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Le Préfet du Loir-et-Cher autorise la période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux
Chiens de chasse en Dordogne : le combat continue !

Commentaires 26

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

pasc | samedi 01 août 2020

La cruauté doit cesser, stop à ces barbaries d'un autre âge.

Agathe | vendredi 31 juillet 2020

L'horreur subit par les animaux m'empêche de vivre. Ils ont des centres nerveux comme nous, des sentiments comme nous, et pas de mots, parfois même pas de cris pour exprimer leur souffrance. Ce qui laisse aux lâches le loisir d'un sommeil paisible.

Choumi | vendredi 31 juillet 2020

Un ministre dès son arrivée qui ose affronter les chasseurs en s'opposant au chasses traditionnelles dont celle à la glu. Nous savons compter sur vous qui ne lâchez jamais prise quel que soit votre combat

Karine | vendredi 31 juillet 2020

Enfin un membre du gouvernement courageux, face au lobby des chasseurs ? Je le souhaite de tout cœur.