le lundi 22 août 2022 | 5

Transparence et stratégie de communication en expérimentation animale


Mis à jour le 22 novembre 2022

Du 12 au 16 juin s’est tenu à Marseille un congrès international d’expérimentation animale (FELASA 2022), qui regroupait des personnes pratiquant l’expérimentation animale dans le monde entier. À écouter ce qui s’y dit, on comprend bien que les prétentions à la transparence mises en avant ces dernières années ne sont qu’une stratégie de communication pour s’attirer les faveurs du public.

Hr blog

Lundi 13 juin à Marseille. Deux bâtiments, une quinzaine de salles, une immense halle d’exposition, et plus de mille personnes. Le congrès FELASA 2022, coorganisé à Marseille par l’Association française des sciences et techniques de l’animal de laboratoire (Afstal), a clairement été une réussite. One Voice y était afin d’entendre ce qui se disait sur le thème très parlant de cette année : la « communication ».

Aux origines de la « transparence »

Depuis février 2021, vous avez probablement entendu parler de la « charte de transparence » sur l’expérimentation animale, produite par le Gircor (Groupe interprofessionnel de réflexion et de communication sur la recherche, c’est-à-dire lobby français de l’expérimentation animale). Cette charte n’est pas une invention française, puisqu’un document du même type a été lancé en Angleterre en 2012 et que de nombreux autres pays ont suivi.

Si vous pensez qu’il s’agit là d’une bonne nouvelle, détrompez-vous : ces chartes cherchent à modifier l’opinion publique, qui est de plus en plus défavorable à l’expérimentation animale ces dernières années. Comme le disait très bien le slogan du congrès, « tout est question de communication » (“it’s all about communication”).

Les méthodes de la « transparence »

En effet, le président du lobby européen de l’expérimentation animale a insisté lors de la session d’ouverture sur l’intérêt d’être « proactif » dans le traitement des informations. Par exemple, les chiffres de l’expérimentation animale peuvent être obtenus, traités et médiatisés rapidement par les lobbies, ce qui leur permet de mettre en avant un message favorable à leurs intérêts. Les associations animalistes, qui mettront plus de temps à communiquer, n’auront donc pas d’écho dans les médias.

Au centre du message des lobbies, l’idée que l’expérimentation animale est « indispensable », « nécessaire » à la santé et à la science, « très réglementée » et « encadrée » par les principes « éthiques » que sont les 3R (Remplacer, Réduire, Raffiner). Des affirmations que l’on retrouve dans les chartes de transparence et sur les sites web de la plupart des signataires de ces chartes, sans plus d’information.

Convaincre, convaincre, convaincre

Au cours du congrès, une intervenante de l’université de Washington à Seattle a défini la transparence comme le fait « d’engager » le public sur le sujet de l’expérimentation animale. Mais comme on le voyait sur ses diapositives, le but était en fait de « rallier » celui-ci à sa cause (“to win them over”). D’où le projet de cette université d’embaucher une personne à temps plein pour travailler sur sa stratégie de communication à ce sujet.

Après tout, pourquoi dépenser l’argent dans le développement d’alternatives quand on peut l’utiliser pour manipuler l’opinion publique ?

La transparence… en privé

Alors que les problèmes courants de l’expérimentation animale ne sont jamais mentionnés en public, le contexte du congrès, entre collègues, délie quelques langues. La responsable d’une « structure chargée du bien-être animal » reconnait par exemple que des collègues lui disent encore régulièrement ne pas voir de problème avec le fait d’attraper les souris par la queue (une pratique génératrice de stress pour ces animaux).

Et les discussions informelles avec des personnes françaises présentes sur place sont tout aussi intéressantes, concernant en particulier les déficiences importantes du système d’évaluation et d’autorisation des projets

Alors, après avoir gratté la surface des discours publics vides qui se veulent rassurants, on garde en bouche une certaine amertume face aux personnes qui osent encore parler de transparence de l’expérimentation animale… En particulier quand on doit systématiquement passer par les tribunaux pour obtenir des documents publics.

Cet article est le premier d’une série qui présentera différents aspects du congrès FELASA 2022 :

  1. Transparence et stratégie de communication en expérimentation animale
  2. Éléments de langage et moisissures argumentatives de l’expérimentation animale
  3. L’industrie de l’expérimentation animale fait sa propagande
  4. La myopie éthique de l’expérimentation animale
  5. Bientôt plus de primates dans les laboratoires ?
Nicolas Marty
Hr blog

Dans la thématique

Propagande sur l’expérimentation animale à Maurice : « un singe ou votre enfant ? » Nage forcée : un combat de longue haleine

Commentaires 5

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

ANASTASIA | lundi 29 août 2022

Tous ces produits vendus en grande surface pas chers dont les gens ignorent la provenance...
On a crée des nutri scores pour l'alimentation pourquoi pas la même chose pour les cosmétiques et les produits ménagers car il ne faut pas oublier que ces produits employés se retrouvent dans l'eau que nous utilisons tous les jours ainsi que les médicaments, et ils ne peuvent en être séparés.

pascale | vendredi 26 août 2022

C'est effrayant, mais grâce à vous, et grâce à notre soutien sans faille ces pratiques devraient disparaitre de nos sociétés, les nouvelles générations oeuvreront dans ce sens..... je le souhaite.

Stéphane | jeudi 25 août 2022

C’est honteux et effroyable mais je ne suis pas vraiment surpris, les labos ont toujours été et seront malheureusement toujours malhonnêtes. Ils n’hésitent pas à manipuler les chiffres et à mentir pour tenter de modifier l’opinion publique.
Un excellent article, je suis impatient de lire les suivants.

Tosca | mercredi 24 août 2022

D'autres méthodes existent que faire souffrir les animaux, employons-les!