le vendredi 20 janvier 2023 | 14

Succès majeur aux États-Unis : il n’est plus nécessaire de pratiquer des tests sur les animaux pour développer des médicaments

Succès majeur aux États-Unis : il n’est plus nécessaire de pratiquer des tests sur les animaux pour développer des médicaments

Mis à jour le 21 février 2023

Pour la première fois depuis plus de quatre-vingts ans, une modification de la loi américaine permet de tester de nouveaux médicaments sans recourir aux animaux, via des méthodes modernes basées sur les humains. One Voice, avec son partenaire allemand au sein de la coalition européenne ECEAE, Doctors Against Animal Experiments, se réjouit de cette prodigieuse avancée et appelle l’UE, ainsi que l’Allemagne et la France bien entendu, à suivre cet exemple en élaborant et en mettant en œuvre une stratégie de développement de médicaments adaptés aux humains et sans expérimentation animale.

Hr blog

La nouvelle loi, signée par Joe Biden fin décembre 2022, permet à la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis d’approuver de nouveaux médicaments sans exiger de données issues de tests sur les animaux. Auparavant, les sociétés pharmaceutiques étaient tenues par la loi de tester l’innocuité et l’efficacité de leurs candidats-médicaments dans plusieurs essais sur les animaux en utilisant au moins deux espèces, avant d’être autorisées à les vérifier lors d’essais cliniques sur des sujets humains et des patients.

« De très nombreuses données démontrent clairement l’échec du système obsolète qu’est l’expérimentation animale. En moyenne, 92 % des candidats-médicaments réussissant tous les tests sur les animaux sont ensuite abandonnés lors des essais cliniques sur les humains, principalement parce qu’ils ne fonctionnent pas ou provoquent des effets secondaires. »
Dre Dilyana Filipova, scientifique chez Doctors Against Animal Experiments

L’expérimentation animale n’est donc plus la seule option pour valider un médicament aux États-Unis

Grâce à la nouvelle loi, des techniques modernes et pertinentes pour notre espèce, telles que les mini-organes humains (« organoïdes »), les organes sur puce ou les méthodes informatiques, peuvent désormais aussi être utilisées à des fins réglementaires aux États-Unis à la place de l’expérimentation animale. De nombreux procédés éthiques se sont déjà avérés plus précis et plus fiables que les tests sur animaux. Une étude récente a ainsi démontré la toxicité de plusieurs composés sur le foie à l’aide de puces de foie humain, alors que des expériences antérieures sur des animaux avaient classé à tort ces mêmes composés comme inoffensifs.

« De tels exemples soulignent toute l’importance de ce changement législatif, non seulement pour sauver d’innombrables animaux de tests abominables et d’une mort atroce, mais aussi pour assurer une meilleure sécurité aux patients. »
Dre Dilyana Filipova

Une ouverture à l’éthique mais pas un changement de paradigme pour autant

L’expérimentation animale, cependant, n’est pas interdite par la nouvelle loi et reste autorisée comme possible méthode de test. Néanmoins, le fait que les entreprises pharmaceutiques ne soient plus tenues par la loi de mener ces tests sur les animaux et soient libres de recourir à des procédés précis, pertinents pour l’humanité et sans animaux, représente un progrès énorme.

Alors que les États-Unis inaugurent cette législation moderne et tournée vers l’avenir, certains tests sur les animaux dans l’UE, et donc aussi en France, sont toujours requis par la loi pour l’approbation des médicaments. En Allemagne, la proportion d’expérimentations animales réglementaires est d’environ 17 % Cette proportion atteint 31% en France.

L'Union européenne rattrapera-t-elle son retard?

One Voice, comme son partenaire allemand, demande à la Commission européenne d’établir et de mettre en œuvre immédiatement une stratégie d’élimination progressive de l’expérimentation animale, système défectueux s’il en est, comme l’exigent plus d’un million de personnes ayant signé l’initiative citoyenne européenne (ICE) Save Cruelty Free Cosmetics.

« L’Europe doit prendre dès que possible les États-Unis pour modèle et ne plus exiger de tests sur les animaux pour les médicaments. Si nous voulons développer de meilleures thérapies et ne pas prendre de retard sur le marché mondial des médicaments, nous devons nous appuyer sur les méthodes les plus modernes, efficaces et fiables basées sur les humains, et non sur l’expérimentation animale qui a prouvé son inefficacité. »
Dre Filipova.

Plus d’informations et sources :

Hr blog

Dans la thématique

One Voice porte plainte pour diffamation contre le Gircor, lobby de l’expérimentation animale One Voice demande à la France d’encourager les méthodes alternatives à l’expérimentation animale dans l’UE

Commentaires 14

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

olivo | lundi 13 février 2023

STOP à l'expérimentation des médicaments et de toutes substances, sur nos amis les animaux.

Patricia | lundi 30 janvier 2023

Nos gouvernants attendront que tous les autres pays changent leur loi pour arriver à réagir intelligement, mais "petit espoir" parce que ce n'est pas gagné. Ils vont certainement trouver une idée fumante à nous servir pour éviter d'appliquer des décisions intelligentes et plus humaines.

marie-claude | dimanche 29 janvier 2023

En Amérique, au moins ces animaux ne souffriront plus au contraire de la France, mais nous sommes toujours en retard sur les choses humaines.

marie-claude | dimanche 29 janvier 2023

Que la France adopte la méthode Américaine, il ni aurai plus la souffrance animale, enfin, mais comme d'habitude, la France a une longueur de retard.