le vendredi 14 février 2020 | 46

Seize chiens miraculés, sauvés des griffes du chasseur périgourdin maltraitant

Après notre investigation et la diffusion de nos images successives sur les conditions délétères de détention de chiens chez Richard Mandral, un chasseur basé en Dordogne, et après avoir saisi la justice forçant le préfet à agir, nous avons pu sauver seize d’entre eux.

Hr blog

Ils s’appellent Héros, Ondine, Inano, Xena, Léonie, Plume, Rosalie, Mimi, Freya, Napoléon, Ido, Hiti et Gascogne. Il y a aussi trois chiots que Richard Mandral n’a même pas daigné nommer, soigner ni identifier, nous les avons appelés Théo, Lina et Axel. Ce sont des chiens et des chiennes qui ont, contrairement à leurs camarades restés chez le chasseur, la chance de trouver un toit aimant, une famille chaleureuse, qui ne les traitera pas comme des machines, les uns pour la chasse, les autres pour la reproduction.
Jeudi 6 février 2020, le chasseur a cédé ces seize malheureux, sous les yeux de la DDSCPP. Notre travail de vérification et de suivi sans relâche avait fait monter la pression, et il leur fallait tenir leurs engagements pris auprès du juge.

Chaque chien a été installé dans une caisse de transport, et passé la première inquiétude bien naturelle, ils se sont, pour la plupart, endormis, eux qui n’avaient jamais connu la rassurante et douce sensation d’une chaude couverture sous leur corps endolori.  

Après quelques heures de voyage, ils ont tous été menés chez des vétérinaires. Les comptes rendus sont sans équivoque : vers, puces, tiques, nodules, lésions, conjonctivites, abcès dentaires, otites, escarres, mammites, œdèmes vulvaires, hernies, boiteries, etc. Combien de temps ont-ils vécu en ayant mal au ventre ? En ayant mal aux pattes, aux yeux, aux dents, aux oreilles ? Quelles souffrances vivent encore ceux qui n’ont pas été sauvés ? 

« Il en résulte une mise en danger de la vie de ces animaux, car certaines de ces pathologies (parasitisme, infections, reproduction non maîtrisée…) peuvent conduire à de graves troubles généraux, pouvant le cas échéant entraîner la mort. »
Extrait de l'attestation du vétérinaire

Puis, ce fut la découverte de personnes aimantes, chaleureuses. Ils ont savouré les premières vraies caresses, senti l’herbe fraîche sous leurs pattes, eux qui pour la plupart n’avaient connu que la loi du plus fort pour survivre… Ils ont commencé leurs traitements, et les chiots, dont on ignorait s’ils allaient survivre, sont déjà en meilleur état.  

Évidemment, ce n’est pas le cas de tous ces chiens qui sont à la limite de la maigreur avec cachexie, et ont pour certains de graves problèmes de santé consécutifs à des défauts de soin manifestes. Quand on sait que pour la DDCSPP, il n’y a « aucune raison » de retirer l’ensemble de ses animaux à ce chasseur, cela nous fait bondir. Beaucoup d’entre eux ne sont pas identifiés, certains ne lui appartiennent même pas !  

Nous allons avoir besoin de vous pour placer définitivement ces grands chiens qui n’attendent qu’un foyer aimant pour s’épanouir, et de grandes balades quotidiennes pour retrouver le goût de la vie, ainsi que le confort qui aurait dû leur être offert depuis toujours. Environ soixante-quinze chiens sont encore là-bas, nous ferons tout pour qu'ils soient sauvés à leur tour. Quant à ce chasseur sans conscience et aux autorités qui ont laissé faire, nous n’en resterons pas là.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Répondre aux consultations publiques sur la traque des blaireaux
Chasse des blaireaux : l'enfer sous terre

Commentaires 46

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

MARC | mardi 07 avril 2020

Scandaleux, pensons au bien-être des animaux.

Isabelle | dimanche 29 mars 2020

Merci merci merci One voice !
Grace à vous, ces pauvres animaux sont sauvés. Même si beaucoup reste encore à secourir.
Vous êtes formidables !
merci

Minititi | mardi 03 mars 2020

C'est quoi la DDCSPP qui adore la chasse ! C'est vraiment plus que cruel, il n'y a pas de mots: les gens qui ont des chiens, des chats, n'importe quel être vivant ne peuvent supporter cela.

Marianne | lundi 02 mars 2020

Je ne comprends pas la lenteur de la justice pour ordonner la saisie de tous ces chiens en souffrance...