le mardi 24 août 2021 | 0

Parc Saint-Léger : des visites à vos risques et... au péril des animaux


Mis à jour le 16 mars 2022

Notre enquête l’a prouvé : le dresseur Kid Bauer fait entrer des personnes du public dans la cage aux lionnes. Mais contrairement à ce qu’il prétend pour sa défense, l’acte est récurrent. Nous en avons la preuve. Nous avons porté plainte.

Hr blog

Kid Bauer peut bien affirmer que la personne entrée dans la cage aux lionnes est « un membre de sa famille qui a signé une décharge » et revendiquer le caractère exceptionnel de cette partie du spectacle – qui serait lié à une fête d’anniversaire –, c’est faux. Cette scène, captée par nos enquêteurs le 5 août dernier, reproduit quasiment à l’identique celle que nous avons filmée le 19 juillet. Le scénario est le même, Kid Bauer est bien coutumier de ce type de pratique ultra-dangereuse.

Menaces sur les enfants

Hélas, en matière de mise en danger de la vie d’autrui, les propriétaires du parc Saint-Léger ne sont pas des débutants. Car ils n’hésitent pas non plus à faire poser de jeunes enfants avec un python et un boa constricteur, contre un billet de dix euros. Certes, ces reptiles ne sont pas venimeux. Mais leur morsure peut s’avérer très douloureuse. Les boas et les pythons cherchent à étouffer leurs victimes : ils n’ont besoin que de quelques secondes pour passer à l’action et broyer des os. Doit-on rappeler que l’arrêté préfectoral d’ouverture de la SARL KB LOISIRS interdit les contacts avec les animaux d’espèces non domestiques ? Le dompteur Kid Bauer balaie l’argument « subtilement ». « Il y en a marre des animalistes ! », lance-t-il dans la presse.

Des enclos jonchés d’excréments

La loi prévoit aussi que ce type d’établissement doit informer son public sur la biodiversité. Où sont les panneaux pédagogiques ? En parcourant le parc, les visiteurs n’auront pas le loisir de les lire et ne sauront rien des animaux qu’ils observent derrière leurs barreaux, ni de leur habitat naturel. Pour le parc Saint-Léger, il n’y a pas lieu de le préciser. Ni d’ailleurs d’entretenir les enclos. Située le long d’un parking, en bordure de la route nationale, la parcelle des daims est jonchée d’excréments. Un peu plus loin, un cochon déambule sur un sol en béton. Les panthères ont la queue coupée et présentent des lésions cutanées. Un tigre du Bengale, un tigre de Sibérie et un lion vivent en cohabitation forcée. Ces animaux qui n’ont rien à faire ensemble et aiment parcourir les grands espaces doivent sans doute se trouver à leur aise dans ce lieu clos de douze mètres de diamètre !

Qu’attend-on pour faire appliquer la loi ?

Depuis de nombreuses années, nous enquêtons, produisons des photos et des vidéos, et mandatons également des enquêteurs privés sur les exactions de ce cirque. Oui, le dresseur Kid Bauer multiplie les infractions. Au détriment du bien-être des animaux sauvages, au mépris de la loi et de la sécurité du public. La presse en parle et nous relaie. Les autorités sont au courant. Qu’attendent-elles pour faire respecter la loi ?

Sophie Dussaussois
Hr blog

Dans la thématique

Le festival de violence du Cirque Muller envers les militants de One Voice Pour les animaux détenus dans les delphinariums et cirques, One Voice sensibilise le public dans 13 villes en juillet

Commentaires 0

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.