le lundi 05 septembre 2022 | 6

L’industrie de l’expérimentation animale fait sa propagande


Mis à jour le 19 septembre 2022

On a souvent l’habitude de se représenter les personnes qui pratiquent l’expérimentation animale comme des monstres dépourvus d’empathie. Pourtant, la situation est plus complexe : les lobbyistes et l’industrie semblent manipuler aussi bien l’opinion publique que les personnes qui pratiquent l’expérimentation animale.

Hr blog

Mercredi 15 juin à Marseille. Dans les salles du congrès international FELASA 2022, le même regard content que dans n’importe quelle conférence, le même réseautage souriant alimenté de petits fours et de plaisanteries. Les interventions sont généralement bien faites, au point qu’on acquiescerait presque aux propos sur l’importance du bien-être animal et aux arguments moisis répétés à outrance.

Mais si l’on écoute entre les lignes, l’implicite et le non-dit sautent aux yeux : on parle d’une exploitation, d’une discrimination tellement ancrée dans la société qu’elle n’est même plus considérée comme une injustice. Tout au long de l’année, ces personnes maintiennent des animaux captifs et les font souffrir de diverses manières.

La propagande jusque dans les magazines

Parmi les fournisseurs de matériel et financeurs présents au congrès, on trouve notamment Ellegaard, producteur des miniporcs Göttingen. Ces miniporcs sont largement utilisés dans divers domaines de recherche. Sur le site web d’Ellegaard, on voit à la chaine des images de porcelets souriants, jouant avec un ballon, caressés par une technicienne de laboratoire et ainsi de suite. Jamais un cochon mort, jamais une goutte de sang, jamais la moindre marque de souffrance.

Même dans sa revue professionnelle et dans ses dépliants, les images bucoliques se suivent et se ressemblent, sauf quand il s’agit de parler de l’expérimentation elle-même. Pour illustrer la modélisation de l’insuffisance cardiaque, on doit se contenter d’un schéma récupéré dans un article scientifique. Les pires images que nous avons pu trouver sont, dans le numéro 60 du magazine de l’entreprise, une minuscule image de prise de sang et un pied suturé.

Les images aseptisées

Le dépliant de la société BASi est du même tonneau : d’un côté, des animaux aux contours mal découpés sur ordinateur et incrustés sur fond blanc ; de l’autre, en guise de démonstration de l’utilisation de la cage à vendre, une figurine de cochon. Des photographies qui ne sont même pas disponibles sur le site web du fabricant.

Et c’est encore le même problème chez d’autres fabricants, qui préfèrent montrer les tours d’inhalation et autres dispositifs de contrainte sans animaux, et proposer des dessins ou des schémas pour illustrer les procédures.

Quant à Fine Science Tools (dont l’acronyme FST est aussi l’acronyme du forced swim test, test de la nage forcée…), on ne voit dans leur catalogue et sur leur stand que les instruments chirurgicaux. On nous dira peut-être que ces instruments sont les mêmes qui sont utilisés dans la chirurgie humaine – mais on se permettra d’en douter en ce qui concerne les « ciseaux de décapitation ».

L’indécence jusqu’à la nausée

Plus loin, les représentants de l’entreprise sourient et acceptent avec joie que l’on prenne en photo ces rongeurs en peluche particulièrement mignons. Leur crâne est équipé d’instruments divers, et ils ne semblent être là que pour attirer l’œil sur le stand.

Et les publicités vont encore plus loin dans l’indécence. Tecniplast vante les mérites de ses cages avec une photographie qui rappelle le célèbre tableau de La Création d’Adam, montrant le contact entre le doigt de Dieu et celui de l’homme. Sauf qu’il s’agit là du doigt ganté d’une personne qui pratique l’expérimentation animale et de la main d’un rat, appuyée contre la boite en plastique dans laquelle il va passer sa vie. Ce rat a certainement été tué à l’heure qu’il est.

Brosser dans le sens du poil

Et ce n’est pas fini. Parce qu’en plus de masquer la réalité des expériences et de faire croire à une relation spéciale et positive entre les animaux et les personnes qui participent à leur exploitation, l’industrie n’oublie pas de présenter l’ensemble comme une œuvre humanitaire.

Dans la revue de l’Afstal, Marshall (qu’on connait en France pour ses élevages de chiens et de chiennes pour les laboratoires) met en scène une petite fille embrassant sa grand-mère. Le message écrit est destiné aux personnes qui pratiquent l’expérimentation animale : « Merci, votre travail avec les furets crée des remèdes et sauve des vies ». Évidemment, ils ne parlent pas des vies des furets.

Ce ne sont pas des monstres – mais leurs actions sont monstrueuses

Avec toute cette propagande qui les entoure, on peut comprendre que les chercheurs, chercheuses, techniciens et techniciennes de laboratoire pensent que leur travail est louable. À vrai dire, même sans cette propagande, on sait que la perspective d’aider la science à avancer aide les gens à mettre de côté leur empathie envers les animaux.

Dès lors, nul besoin de parler des personnes violentes et des sociopathes (qui existent dans le milieu de l’expérimentation animale comme ailleurs) : l’habitude et le manque d’empathie peuvent empêcher presque n’importe qui de voir l’horreur de ses propres actions.

Aussi, quand un document intitulé « une carrière attentionnée » (a caring career) arrive à faire passer pour bienveillante l’image d’une personne rangeant une boite en plastique pleine de souris parmi des dizaines d’autres boites identiques sur une étagère, se dit-on que le combat est loin d’être terminé.

Cet article est le troisième d’une série qui présente différents aspects du congrès FELASA 2022 :

  1. Transparence et stratégie de communication en expérimentation animale
  2. Éléments de langage et moisissures argumentatives de l’expérimentation animale
  3. L’industrie de l’expérimentation animale fait sa propagande
  4. La myopie éthique de l’expérimentation animale
  5. Bientôt plus de primates dans les laboratoires ?
Nicolas Marty
Hr blog

Dans la thématique

Ils sont 240 singes indonésiens actuellement dans les soutes du vol DB3004 de Maleth Aero Direction expérimentation animale : un vol de Maleth Aero va transporter des singes de l’Indonésie aux Etats-Unis

Commentaires 6

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Roseline | mardi 13 septembre 2022

Je me demande comment ces personnes peuvent se regarder dans une glace et comment ils peuvent dormir tranquilles, moi je ne pourrais pas... cela doit les impacter qu'ils le veuillent ou non...

Elle | mardi 13 septembre 2022

Pas de surprise, on retrouve ce même type de communication bien rodé dans toutes les activités ou les animaux sont considérés comme des objets inertes: élevage, chasse, corrida, etc.....

"pti't Sstupide" | mardi 13 septembre 2022

Lire John Cooper Powis occulté en France mais génial écrivain il a lutté contre l 'expérimentation animale

Patricia | mardi 13 septembre 2022

Nous vivons dans le mensonge permanent et ça dépasse, depuis trop longtemps, le tolérable.
Il faut encore et encore combattre pour ne pas que ce système fasse de nous tous et toutes des sociopathes se nourrissant de la souffrance.