le jeudi 02 mai 2019 | 3

Les preuves du Lien: des nouvelles initiatives naissent au Royaume-Uni

Depuis 2001, la National Society for the Prevention of Cruelty to Children (NSPCC) et la Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals (RSPCA) travaillent ensemble sur la question du Lien. Avec d’autres organismes poursuivant des objectifs similaires comme la British Veterinary Association (BVA), elles forment le «Links Group» 1, qui est affilié à la «National Link Coalition».

Hr blog
« La mission du Links Group est de promouvoir le bien-être et la sécurité des enfants, des animaux et des adultes vulnérables afin de les protéger contre la violence et la maltraitance. »

Les principaux résultats du Links Group à ce jour sont les suivants :

  • Davantage de référencement entre les différents métiers
  • Premiers procès gagnés dans des affaires de blessures non-accidentelles pour la RSPCA
  • Premier procès gagné dans une affaire de blessures non accidentelles pour la SPCA écossaise
  • Formation de premier cycle en médecine vétérinaire
  • Ajout par le Royal College of Veterinary Surgeons d’une annexe à son guide de bonnes pratiques professionnelles sur les conditions dans lesquelles il est possible de déroger au principe de confidentialité dans certaines circonstances
  • Essor des services destinés aux animaux domestiques

En 2003, la NSPCC a publié pour la première fois un dépliant destiné aux professionnels des soins aux enfants, aux familles et aux animaux, intitulé « Comprendre les Liens (entre) maltraitance d’enfants, maltraitance d’animaux et violence domestique ») 2

Rédigé sur la base des contributions lors de la conférence internationale sur la relation entre maltraitance animale et violence sur les humains qui s’est tenue en 2007 à Keble College, à Oxford, sous les auspices de l’Oxford Centre for Animal Ethics, l’ouvrage The Link Between Animal Abuse and Human Violence, publié par Andrew Linzey, est devenu une publication de référence pour les recherches mondiales visant à mieux comprendre la relation entre maltraitance animale et violence sur les humains 3.

En 2018, de nouvelles initiatives ont vu le jour. Le Lien entre maltraitance animale et violence sur les humains est maintenant incontestable, mais l’application de ce concept en Europe reste pratiquement inexistante. La Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals (RSPCA) assure maintenant le signalement des affaires de maltraitance animale en cas de suspicion de maltraitance d’enfant associée. Parmi ces signalements, 86 % ont donné lieu à l’identification de problèmes de protection de l’enfance auparavant ignorés des autorités. 

Des « protocoles (formels) utilisant une liste de vérifications pour l’évaluation du risque » font leur apparition, ce qui pourrait accroître notablement le nombre de signalements. Sachant que la RSPCA a reçu 129 000 signalements l’an dernier, les possibilités de découverte de cas de maltraitance « cachée » avec un processus de signalement optimisé sur l’ensemble de l’Angleterre et du Pays de Galles, sont considérables. Cette initiative a attiré l’attention du College of Policing, dont l’évaluation du risque de violences domestiques, harcèlement ou violence fondée sur l’honneur (Domestic Abuse, Stalking and Honour Based Violence, ou DASH) est à la disposition de tous les agents de police de première ligne. Le service de prévention des crimes de l’ «UK National Crime Agenc y » a également exprimé son intérêt pour cette initiative.

Les conseils locaux de sauvegarde des adultes et de l’enfance s’efforcent maintenant d’assurer une investigation de deuxième niveau plus exhaustive en réponse aux listes de vérifications pour l’évaluation du risque gérées par les premiers intervenants. Ce point est essentiel, sachant que les premiers intervenants ont des possibilités limitées de procéder à des évaluations exhaustives, tandis que ces groupes de spécialistes disposent de l’autorité et de la compétence nécessaires.

Identification de la violence et la maltraitance interhumaines : Procédure de relais entre les deux premiers niveaux d’intervention

Processus de référencement du premier intervenant dans un cas de maltraitance animale

Le premier intervenant enquête sur un cas de maltraitance animale.

Liste de vérification et évaluation intuitive.

  • Critères remplis : signalement aux autorités responsables de la protection des enfants et des adultes pour une évaluation de second niveau
  • Critères non remplis : pas d’action subséquente

Évaluation de second niveau

  • Coupable identifié
  • Poursuites
  • Sauvegarde
  • Réponse à la vulnérabilité

Autre organisme

Évaluation des besoins

Sources
25 www.thelinksgroup.org.uk
26 www.nspcc.org.uk
27 Brighton, Royaume-Uni, et Portland, États-Unis : Sussex Academic Press, 2009. Publié en France par One Voice en 2012 sous le titre «Violence sur les animaux et les humains… Le Lien».

Hr blog

Dans la thématique

Les preuves du Lien en chiffres en Espagne
En Bulgarie, la ZooPolice ouvre la voie vers une prise de conscience du Lien

Commentaires 3

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

European Link Coalition | samedi 04 mai 2019

Et maintenant.... La France? https://www.europeanlinkcoalition.com/

nath | jeudi 02 mai 2019

Enfin une bonne initiative ! De plus elle pourra permettre de condamner les gens qui maltraitent les animaux. Je ne peux qu’applaudir ! Bravo et respect

Karine et Philippe | jeudi 02 mai 2019

Depuis un certain temps, des enquêteurs ont révélé un lien : CAUSE/EFFET. La plupart des criminels maltraitaient ou tuaient des animaux avant de le faire aux humains. Mais cette alerte n'a jamais été prise en considération et pourtant, elle aurait pu épargner bien des vies animales ou humaines. Pour que la situation évolue dans le bon sens et pour stopper ce fléau, il faut changer le statut juridique de l'animal "personne physique non humaine" et faire figurer l'abandon, la maltraitance, la barbarie et le crime dans le Code Pénal". Trop de tortionnaires passent entre les mailles du filet de la Justice et ne sont condamnés qu'à de simples amendes ou contraventions, ou pire encore, les affaires sont classées sans suite. Cela permettrait, également, d'éviter la maltraitance des enfants, que les services sociaux ont dû mal à desceller au sein de la société. On juge un pays de la façon dont il traite les animaux!!!!!!!