le lundi 21 mai 2018 | 35

Les bouquetins du Bargy : massacrés pour du fromage ?

One Voice se bat pour que cesse le massacre des bouquetins du Bargy. La cruelle tuerie entamée en 2013 ne mettra pas fin à la brucellose ! Ni éthique, ni efficace elle contribue au contraire à la dissémination de la maladie.

Hr blog

Présent en France depuis la préhistoire, les bouquetins (Capra Ibex) ont failli disparaître sous la pression de la chasse. Grâce à plusieurs opérations de réintroduction depuis les années 70, on estime aujourd’hui leur population à environ 10000 individus dans les Alpes françaises (chiffre de 2013). Espèce menacée, le bouquetin est protégé par la Convention de Berne. Mais dans le massif du Bargy, en Haute-Savoie, il semble que cela n’ait guère d’importance… Pour eux, One Voice multiplie les recours juridiques.

La brucellose : de l’élevage au bouquetin…

Le Bargy est une région productrice de fromages réputés. En avril 2012, un cas de brucellose dans un élevage laitier du Grand-Bornand (73) a incriminé les ongulés sauvages fréquentant la proximité des pâtures. Ce fut la fin de la paix pour les bouquetins. Rappelons que la brucellose est une zoonose, c’est à dire une maladie qui peut se transmettre des animaux à l’humain et inversement. C’est aussi une maladie qui n’est pas présente naturellement chez les ongulés sauvages : les chamois contaminés, observés dans les Hautes-Alpes et en Savoie dans les années 1980/2000, l’ont tous été en alpage à partir de troupeaux ovins, caprins ou bovins infectés… Et chez les bouquetins, les premiers cas n’ont été décrits qu’en 2012.

Le massacre des bouquetins, pourquoi ?

Cédant à la pression de fromagers apeurés par le risque sanitaire (et commercial), et en dépit du bon sens, le préfet de Haute-Savoie a décidé d'éradiquer la quasi-totalité des bouquetins du massif. Une mesure aussi brutale que contre productive, qui va à l'encontre des avis scientifiques convergents, émis par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES), le Conseil scientifique de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et le Conseil national de protection de la nature (CNPN).

Une opération aussi sanglante qu’inefficace

Au cours d'une vaste opération sanglante, à grand renfort de gendarmes et d'hélicoptères, 233 bouquetins ont été tués en trois jours, en octobre 2013, et au moins 70, dont des cabris de l'année, deux ans plus tard. Des randonneurs, épouvantés, ont témoigné de ces massacres, après avoir vu les corps des bouquetins évacués par les airs… Il faut dire que, suite à la première session d’abattage, ciblée sur les individus de plus de 5 ans, la situation globale ne s’est pas améliorée et s’est même aggravée chez les jeunes ! Le taux de jeunes individus contaminés est passé de 10% à 50%...

Le massacre des bouquetins n’est pas seulement un scandale, c’est une aberration

L'abattage de la totalité des bouquetins est illusoire, sans même parler d’éthique, il est impossible d’éradiquer entièrement une population non enclavée ! D’un point de vue pratique, la mesure risque surtout de repousser vers les massifs voisins des individus malades ayant échappé aux tirs et donc de contribuer à la propagation de la maladie...

L’action de One Voice pour la fin de la tuerie des bouquetins du Bargy

Depuis le début de ces massacres, One Voice a multiplié les actions. Nous avons dénoncé cet abattage, photos à l’appui, pour que le public mesure l’horreur dont les montagnes sont le théâtre, et alerté à chaque consultation publique.
Grâce à notre action, conjointe avec une coalition d’associations, nous avons réussi à empêcher le plan d’éradication de l’espèce. Mais cela n’était évidemment pas suffisant, aucun abattage n’est acceptable. Aussi, nous attaquons systématiquement les arrêtés qui les autorisent par un recours en justice.

Le cauchemar doit cesser, de vraies mesures éthiques et efficaces doivent être mises en place pour que la paix revienne dans le Bargy !

Photos : ©EricBreyton

Hr blog

Dans la thématique

One Voice partenaire de l’exposition Photogr’Afrique pour la faune sauvage africaine
Mobilisons-nous contre les tirs de nuit sur les renards roux en Moselle

Commentaires 35

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

outragée | dimanche 03 juin 2018

Honteux ! leur idée fixe, fausse, de la propagation de la maladie persiste et bien sûr, avec l'aide du préfet ça y va ! Pour qui se prennent-t-ils ? Ils signent tout et n'importe quoi à la demande des chasseurs, de ceux qui ont peur pour leurs revenus mais se moquent de la protection non appliquée de ces animaux. Je ne veux pas croire qu'à notre époque, s'il est vérifié qu'il y a des animaux malades on ne puisse pas les soigner et les guérir au lieu de les massacrer !
Il s'est d'ailleurs avéré que des animaux abattus n'étaient pas malades ... Ils ont voulu éradiquer le renard sous prétexte de la rage ! Le moyen efficace a été trouvé. Le renard est toujours là, heureusement mais toujours tué pour des raisons qui n'en sont pas puisque même les céréaliers reconnaissent son utilité !!!

pier | dimanche 03 juin 2018

OK pour tous vos arguments, je vous soutiens - mais quelle est la solution ??? car il ne suffit pas de contester il faut du concret!

DMV | samedi 02 juin 2018

On doit protéger notre faune sauvage. Impensable de tuer des bouquetins. C'est inacceptable, rien ne peut justifier ce massacre.

dany | vendredi 01 juin 2018

Franchement l'homme est vraiment de plus en plus nuisible envers la nature et les animaux ,il faut toujours qu'il s'en prenne aux animaux. Mais foutez-leur la paix, ils ont le droit de vivre autant que nous et même plus car eux ne sont pas bourrés de mauvaises intentions. Il faut toujours que l'homme trouve des excuses bidons à ses actes odieux.