le mardi 26 mai 2020 | 48

La souffrance en spectacle, ça suffit !


Mis à jour le 11 juin 2020

Nous avons porté plainte contre le Nouveau Cirque Zavatta pour que cessent la souffrance des éléphantes Rosa et Bambi ainsi que l’exploitation de sept tigres. Pour ces animaux séquestrés, dominés, utilisés comme objets de profit, nous continuons la bataille !

Hr blog

Avant leur emprisonnement, Rosa (37 ans) et Bambi (35 ans) ont connu l’état sauvage, la liberté, les grands espaces. Souvenirs enfouis loin dans leur mémoire… Dans l’indigence d’une tente minuscule, les deux éléphantes vivent un calvaire : enchaînées debout, elles ne peuvent s’étirer, se retourner. Depuis des années, leurs seuls pas vers l’extérieur les mènent vers la piste de toutes les cruautés. À la détresse de la réclusion s’ajoutent les problèmes articulaires, la stupidité de numéros contre nature, la violence du dressage… Face à elles, le public applaudit leur souffrance.

Détention autorisée en France : pourquoi ?

C’est au tour des tigres d’entrer en scène. Ils passent de leur cage-remorque exiguë, sans enrichissement, sans refuge en hauteur, à la cage aveuglante et menaçante où se déroule le spectacle de leur soumission. Leurs yeux sont vides, leurs mouvements fatigués. L’un d’entre eux proteste, le fouet claque, la peur est là.

Interdits de détention dans de nombreux pays, ces félins merveilleux sont traités en esclaves par le Nouveau Cirque Zavatta, victimes de la cupidité de ceux qui les dressent, les affaiblissent et les exhibent.

Justice, vite !

Nous avons déposé plainte contre la famille Falck, propriétaire du Nouveau Cirque Zavatta, que nous avions déjà dénoncée, notamment pour maltraitance sur les trois éléphantes: Maya vit désormais loin de son camion, même si nous n'avons pu choisir le lieu de sa retraite; pour Nelly et Brigit et les autres animaux de la Piste aux Étoiles, notre plainte est toujours en cours.

Pour Rosa, Bambi et les tigres, notre enquête a réuni des preuves accablantes (vidéo à l’appui) sur leurs conditions de détention et de sécurité. Nous réclamons justice pour « faits de placement dans un environnement pouvant être cause de souffrance, mauvais traitements envers des animaux détenus en captivité par un professionnel et exploitation irrégulière d’un établissement détenant des animaux non domestiques. »

Prêts à intervenir

Par ailleurs, l’arrêté contre la propagation du Covid-19 précise la fermeture des chapiteaux et donc des cirques : il y a là un risque majeur d’une hécatombe pour les animaux qui y sont détenus. Nous avons donc interpellé deux fois par écrit Élisabeth Borne, ministre de la Transition Écologique et Solidaire, pour l’informer que nous nous tenons prêts à leur venir en aide.

Un jardinet (aussi grand soit-il) dans les quartiers d'hiver du cirque où Bambi et Rosa restent en permanence sous l'oeil et la menace de leur dresseur avant de retourner dans le camion et sous le chapiteau, ne remplacera jamais un sanctuaire.

Éléphantes sans défense

« Bambi et Rosa présentent des protubérances importantes au niveau latéro-dorsal de chaque coude : on observe ce genre de lésions chez les animaux qui dorment en décubitus latéral sur un sol dur. Elles peuvent aussi apparaître à la suite d’injections (répétées). »
Extrait du rapport établi le 16 mars 2020 par Willem Schaftenaar, docteur en médecine vétérinaire, zoologiste honoraire du zoo de Rotterdam.
Fisso Reynaud
Hr blog

Dans la thématique

Betty et Mambo, deux éléphants asphyxiés dans le camion de cirque des Casselly Baby hors du camion, mais toujours exploitée

Commentaires 48

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Sylvia | jeudi 22 octobre 2020

Pauvres éléphants, mais pourquoi il y a encore des individus qui exploitent ces animaux !!! je suis révoltée ; si je gagnais au loto je ferais tout pour les animaux, mais la vie est vraiment mal faite

révoltée | dimanche 12 juillet 2020

Que sont ces prétendus vétérinaires qui voient ces animaux "en bonne santé" ? Il faut de suite leur procurer des lunettes ... Vous, et moi accablons ces cirques et surtout ceux qui exploitent honteusement les animaux qu'ils détiennent illégalement. Bien sûr ce cirque Zavatta est hors normes mais "on" le laisse faire sans se soucier des tortures qu'ils font subir à tous les animaux détenus. Tout cela pour du fric, beaucoup de fric "grâce aux spectateurs" pas toujours inconscients, il faut montrer ces animaux aux enfants et payer bien sûr l'entrée. Quand ces parents prendront-ils conscience de leur idiotie d'aller à ces spectacles ignobles ? C'est comme toujours, tant qu'il y a de la demande ces sans coeur continueront leur commerce qui fonctionne par la torture et la peur. Bien des mairies refusent l'installation de ces gens mais pas assez et d'autres s'imposent tout simplement ...
Défendons ces animaux et réveillons les parents et familles qui vont encore à ces spectacles révoltants. Je suis avec vous depuis longtemps et essaie de faire comprendre l'horreur de ces gens et penser à la terrible vie des animaux qui sont parfois détenus depuis des décennies sans soins, à peine nourris et abreuvés ils vivent dans la terreur de leurs "dresseurs" c'est tout dire ... Merci d'y penser.

dany | samedi 20 juin 2020

Il faut que cesse la maltraitance animale sur tous les tableaux. Il faut boycotter les cirques avec des animaux sauvages.

Matthieu | jeudi 18 juin 2020

Boycottons les cirques avec animaux et ces tortionnaires feront faillite!
Ces cirques vivent grâce à notre argent.
Coupons-leur les vivres et peut-être se réinventeront-ils mais sans animaux.