le lundi 18 janvier 2021 | 3

La France, une terre d’asile pour les dresseurs des cirques ?


Mis à jour le 19 janvier 2021

Depuis 25 ans notre association se bat pour les animaux. Dans les cirques, la maltraitance commence dès la naissance. Les bébés sont arrachés à leur mère, quelle que soit l’espèce. Ces animaux sauvages sont alors dressés, pour les soumettre à une vie de violence et d’enfermement. En 25 ans la plupart de nos pays voisins ont interdit ces pratiques. La France est devenue le pays où les dresseurs trouvent refuge, peuvent continuer à martyriser et à élever des animaux d’espèces menacées. Depuis les annonces ministérielles de Barbara Pompili, on attend le décret qui mettra fin à cette exploitation, qu’elle soit fixe ou itinérante.

Hr blog

Des fugitifs qui se cachent en France avec leurs victimes

Dernier exemple frappant : Dumba, retrouvée le 1er janvier 2021 dans une décharge à ciel ouvert de la campagne gardoise après des mois sans nouvelles. Elle était introuvable depuis septembre 2020 en Espagne, et n’avait pas été vue depuis fin 2018 en France. Son dresseur fuit régulièrement la péninsule ibérique avec elle pour y éviter des poursuites judiciaires en cours contre lui. De même, Mario Masson, le dresseur des tigres que nous avons sortis du camion avait lui aussi fui la justice des Pays-Bas avec Betty, l’éléphante qu’il avait rouée de coups en public. Et déjà en 2006, nous étions intervenus quand le dresseur Joy Gartner était venu d’Allemagne cacher Vicky en pleine agonie, où elle allait être saisie pour des actes de cruauté. Il s’en était fallu de peu qu’elle meure. Nous l’avions alors sauvée. Mais à qui doit revenir la surveillance des circassiens et l’application des textes ?

Une vigilance quotidienne pour des citoyens organisés en associations

Il est d’une facilité déconcertante de faire disparaître des éléphants ! Est-ce donc aux associations et à leurs sympathisants de veiller à ce que la loi s’applique ? À mener des filatures d’animaux captifs ?

Pour le dresseur de Dumba, pour reprendre son cas brûlant, il serait très facile de lever le camp : la remorque est déjà accrochée au camion. Combien d’heures lui faut-il pour démonter le barnum brinquebalant qui sert de pseudo abri à l’éléphante ?! C’est simple, dans ce dossier on a affaire à un fuyard qui vient en France pour éviter des accusations graves, qui enfreint nombre de réglementations sur les cirques… Où sont les moyens octroyés aux force de l’ordre concernées ? Plus que tout, où est la volonté politique ? Les associations telles que la nôtre pallient ce manque !

La fin des cirques itinérants... au détriment des animaux

Les annonces de la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili sur la fin des cirques itinérants avec animaux étaient vagues… Depuis la fin du mois de septembre, on commence à craindre une nouvelle réglementation abolissant l’itinérance des cirques, mais pas le reste. Et quel reste !

Si un particulier faisait subir à son animal le dixième des cruautés infligées par les dresseurs aux fauves et aux éléphants, il lui serait interdire d’en détenir. Les animaux sauvages des cirques sont eux aussi des êtres sensibles qui ont des droits!

La nouvelle loi autoriserait-elle les circassiens à continuer à continuer de faire naître, dresser par les coups et de maintenir enfermés les animaux des cirques, ad nauseam jusqu’à leur mort, à la seule condition de ne plus se déplacer sur les routes ? On serait dans ce cas, très, très loin des mesures prises par 23 de nos voisins européens !

Dumba a déjà tout perdu : sa famille, sa liberté, sa dignité, sa santé mentale et physique… Jamais nous ne l’abandonnerons ni elle, ni les autres détenus des cirques. La réglementation pourrait être modifiée pour n’abolir que l’itinérance dans leur enfer ?! Nous comptons sur les députés portant la proposition de loi pour se battre pour que ces animaux, en voie de disparition, soient enfin dûment protégés.

Une nouvelle réglementation des cirques, au prix de la vie des animaux ?

Sentant cette tendance, nous avions interpellé le ministre de l’intérieur sur cette question dès le mois de juillet 2020. Car certains ont commencé à investir dans leur base technique, tel Raoul Gibault, pour Médrano qui l’a renommée « Jungle Park » et y a déjà accueilli du public plusieurs étés. Mais nous avons obtenu le retrait de l’agrément autorisant l’ouverture. Le Jungle Park est désormais fermé. Une nouvelle réglementation lui permettrait de rouvrir sans problème… Mario Masson, lui, parlait à qui voulait l’entendre, de son projet de lodges au milieu des tigres. Un projet qui ne verra pas le jour si le tribunal confirme la saisie définitive des tigres.

Nous devons rendre des comptes sur ce que nous faisons subir aux animaux sauvages. Les dresseurs, nos gouvernants et nous tous. Combien d’existences volées ? De conditions de vie et de détention déplorables ? N’attendons pas qu’ils meurent à petit feu. Offrons-leur une vie décente maintenant ! Signez notre pétition pour la fin de l’exploitation des animaux dans les cirques, fixes ou itinérants.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

À 55 ans, Mina continue de prendre des coups dans le cirque One Voice part à la rencontre des collégiens

Commentaires 3

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Kathy k | lundi 25 janvier 2021

Stop aux animaux martyrs dans les cirques!

Patricia baisnee | mardi 19 janvier 2021

Sauvons Dumba et tous les animaux des cirques ! Vite, vite, vite!

Cathy wolkane | mardi 19 janvier 2021

Il faut interdire tous ces cirques de la honte qui sont plus source de souffrances qu'autre chose pour les animaux!