le samedi 17 mars 2018 | 28

La déchirante agonie du lion Cecil

Le lion Cecil aurait enduré le martyre pendant au moins dix heures avant de succomber. C’est ce que révèle une récente enquête. La mort atroce de ce grand fauve charismatique, lâchement assassiné par Walter Palmer en 2015, nous fait mesurer toute l’horreur et le plaisir sadique de la chasse aux trophées. One Voice dénonce la cruauté de cette pratique.

Hr blog

On en sait plus sur le meurtre de Cecil par le dentiste Walter Palmer. Andrew Loveridge, le zoologiste qui étudiait ce lion à la crinière noire depuis huit ans, a mené une enquête minutieuse pour éclaircir les circonstances de ce drame survenu en juillet 2015 au Zimbabwe. Dans son livre Lion Hearted (Regan Arts, avril 2018), et dont le National Geographic vient de publier des extraits, il rapporte les faits établis et des témoignages qui permettent de démêler le vrai du faux.

Vérité sur les événements

À l’époque des événements, on avait pu lire dans certains médias que Cecil avait probablement agonisé durant près de 40 heures. Pour Andrew Loveridge, c’est impossible, car la blessure thoracique provoquée par la première flèche était si grave qu’elle ne permettait pas au pauvre mâle de survivre si longtemps. En revanche, le spécialiste est formel : son ami le grand fauve a connu un véritable calvaire, au cours de cette nuit fatidique où un Américain fortuné a pris son plaisir en le massacrant.

Un interminable supplice

Les données GPS du collier de Cecil, ainsi que les aveux de Cornélius, l’un des principaux protagonistes de la tragédie, permettent d’affirmer que l’animal a souffert entre dix et douze heures après le décochement de la flèche initiale en soirée. À défaut d’atteindre ses organes vitaux, la pointe l’a mortellement touché et handicapé. Incapable de se déplacer sur plus de 350 mètres, le lion haletant a tenté de lutter contre l’étouffement et s’est débattu pour respirer jusqu’au matin. Ce n’est qu’autour de 9 h que ses assassins se seraient résolus à lui administrer le coup de grâce. Pourquoi Palmer ne l’avait-il pas achevé plus tôt ? À l’évidence parce que cet individu semble dépourvu de la moindre sensibilité. Et puis, chez les chasseurs de trophées, on aime les cadavres bien « propres ». Moins on tire de flèches (ou de balles), moins on endommage la peau… Cela fait toujours plus chic, ensuite, dans le salon et pour se glorifier de son « exploit ».

Halte à l’acharnement !

Et quel exploit ! Dans le cas du meurtre de Cecil, il a été prouvé que le beau mâle, habitué aux humains, et par conséquent peu farouche, avait été délibérément attiré par les braconniers hors du parc national à l’aide d’une carcasse d’éléphant. Le prendre ainsi au piège, en méprisant la réglementation, et alors qu’il s’alimentait sans méfiance, relevait ainsi pour eux de la bravoure…

Ils ne sont malheureusement pas les seuls à voir dans de telles méthodes le summum de l’héroïsme. Les « Walter Palmer » sont légion. En tant qu’emblème du parc zimbabwéen Hwange, Cecil était mondialement connu. Sa mort a donc défrayé la chronique et a pu être dénoncée partout. Mais nombre de ses congénères, moins célèbres, subissent le même sort chaque année et s’éteignent en silence. Pour quelques liasses de dollars, de richissimes amateurs de sang et de souffrance s’arrangent avec les quotas et les lois pour transformer en objets morbides les derniers représentants d’un peuple en déclin. Car oui, rappelons-le, souverains désormais déchus de la savane africaine, les lions sont au bord de l’extinction. Plus que jamais, One Voice se mobilise à leurs côtés. Avec nous, dites non à la cruauté !

Hr blog

Dans la thématique

Quatre daims sèment la panique à la préfecture de l’Ardèche
Le Japon veut tuer plus de baleines !

Commentaires 28

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

trochu | dimanche 01 avril 2018

Je tiens à dire toute ma profonde et très grande tristesse lorsque j'ai appris la mort de "CECIL", j'en ai pleuré et pleuré et n'ai pas honte de dire toute ma douleur, toute ma souffrance qui m'ont suivi longtemps, ne comprenant pas comment l'on peut prendre plaisir à tuer d'autres ETRES VIVANTS QUE SONT LES ANIMAUX, comment peut-on de toute froideur, de toute indifférence et de toute insensibilité et cruauté inacceptables, leur enlever la vie alors qu'ils sont tous pacifiques, très sensibles, intelligents et ne demandent qu'à VIVRE ET VIVRE et non MOURIR comme nous tous, qu'ils ne demandent qu'à ETRE LIBRES, RESPECTES, CONSIDERES et VIVRE EN PAIX AUPRES DES LEURS comme nous tous aussi. Je n'admets pas et refuse que les habitants majestueux de ces endroits, comme tous les autres animaux sauvages soient chassés, traqués et tués "juste pour le plaisir" d'individus vides de toute vie, vides de sensibilité, vides de compassion, vides de respect de la vie animale envers les animaux mais avides de pouvoir, de toute puissance et de supériorité et se sentant forts avec leurs fusils".
Que faut-il donc à la population, au gouvernement afin qu'ils réagissent et agissent dans l'urgence pour interdire définitivement toutes ces chasses ignobles, immondes, scandaleuses et INACCEPTABLES d'animaux sauvages, qui, de plus sont menacés de disparaître. Je suis à chaque fois très affectée et très bouleversée lorsque j'apprends la mort ou les morts d'animaux quels qu'ils soient dont les responsables et coupables sont des humains je le vis très très mal car les animaux sont à mes yeux et dans mon coeur, bien plus intelligents, plus sensibles, plus intelligents et authentiques que grand nombre d'humains, ils sont mes frères et je pleure mes frères.........

goldiepuppchen | vendredi 23 mars 2018

La planète est à nous et à eux : partageons-la ! Et comme disait M. Yourcenar "l'animal ne possède rien sauf sa vie que bien souvent on lui prend" ! J'ai 70 ans et je constate que mes "successeurs" ne méritent pas d'avoir une belle vie tant qu'ils ne respectent pas le monde animal qui, lui, est inncocent !

Chabla | jeudi 22 mars 2018

Que dire sur les atrocités de certains humains, je me demande si ce n'est pas de pire en pire, en tous cas les animaux paient un lourd tribu dans ce monde d'aujourd'hui 😣😣😣😣

Tiphaine | jeudi 22 mars 2018

J'en ai marre de lire des trucs pareils...