le jeudi 18 février 2016 | 6

Des chimpanzés ont-ils fait l’objet d’expérimentations ?

À la suite de l'accident thérapeutique* survenu à Rennes, la ministre de la Santé a déclaré que « des essais préalables avaient été réalisés sur des chimpanzés ». Qui sont ces chimpanzés et où sont-ils ? One Voice entend obtenir des réponses claires.

Hr blog

One Voice cherche donc à savoir où les essais ont été réalisés et quand ces tests ont été effectués. Avant ou après l'entrée en vigueur de la directive EU/63/2010 ?

Dans l'hypothèse où ces tests auraient été réalisés après l'entrée en vigueur de la directive européenne, des dérogations ont-elles été sollicitées ? Et obtenues ?

Dans une lettre du 21 janvier 2016, One Voice a demandé à Marisol Touraine de préciser dans quelles conditions des chimpanzés avaient été impliqués dans ces essais. La députée Laurence Abeille a soutenu notre démarche.

En effet, la directive européenne EU/63/2010, entrée en vigueur le 12 juin 2010, interdit les expérimentations sur les chimpanzés et tous les grands singes de façon plus générale, sauf circonstances exceptionnelles.

Cette directive a été transposée dans notre droit interne par le décret du 1er février 2013 qui a modifié l'article R. 214-94, IV du Code rural et de la pêche maritime.

À la lecture de ce texte, il apparaît que le recours aux chimpanzés est strictement encadré tant au niveau de la nature des expérimentations dont ils peuvent faire l'objet que des procédures à mettre en place pour réaliser ces tests.

Dans le cas qui nous intéresse, le laboratoire a testé ce médicament pour le compte de la société BIAL, un gros groupe pharmaceutique portugais, qui a déclaré aux médias « avoir respecté les bonnes pratiques internationales ».

Or, il n'échappera à personne que le Portugal est également soumis à la même interdiction !!!

One Voice ne lâchera pas cette affaire… et portera plainte si la réglementation n'a pas été respectée.

*Ce triste accident illustre une nouvelle fois la nécessité d'abandonner le modèle animal pour recourir à des techniques plus sûres et plus éthiques, telle la toxicogénomique.

Hr blog

Dans la thématique

Une première victoire pour les beagles et les golden retrievers enfermés à Mézilles!
Scandale de la Dépakine : l'expérimentation animale prouve encore sa dangerosité

Commentaires 6

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

fifi | lundi 20 mars 2017

Personne ne devrait subir ces expérimentations et surtout pas les animaux qui n'ont rien demandé à personne . Une vie doit être respectée et non utilisée au bon vouloir de l'homme

ELLED33 | lundi 18 avril 2016

Quand toute cette barbarie s'arrêtera-t-elle ?

Kirikou | lundi 22 février 2016

Il y a peu de chances qu'il s'agisse de chimpanzés. Dans le protocole de l'essai clinique en langue anglaise diffusé par Le Figaro il y a quelques semaines, on parle page 27 de "monkeys" (c'est à dire de singes type macaques) et non de "apes" (anthropoïdes) et encore moins de chimpanzés.
Le plus probable est une erreur de la part de notre ministre. Dans les conditions de communication de crise, ça peut arriver.

Soso44 | samedi 20 février 2016

Il faut arrêter les expériences sur des vies, c'est assez de les martyriser,