le mercredi 24 août 2016 | 70

De la violence à n’en plus finir

Son ex-épouse a fui sa violence. Mais pour les 200 cochons de son élevage, quelle issue ? One Voice se bat pour eux, pour les sortir de cet enfer…

Hr blog

C'est grâce à ses lanceurs d'alerte que la Cellule Zoé a eu connaissance de ce cas. Dans cet élevage breton, plus de 200 cochons sont détenus dans de terribles conditions. Pire, ils servent d'exutoire à un éleveur violent.

Dans les stabulations intérieures, on trouve des cochons enfermés dans le noir. Ils n'ont pas d'eau, pas de nourriture, pas de litière. Ils sont trop nombreux, entassés dans la boue. Certains suffoquent.

Dans les stabulations extérieures, où elles ne devraient rester que le temps de se nourrir, les truies gestantes sont enfermées durant des heures. Sur le béton, sans eau et quel que soit le temps, soleil brûlant ou pluie battante, elles doivent attendre qu'il se souvienne qu'elles existent.

Avouons que parfois, pourtant, il vaut mieux l'éviter. Car cet éleveur frappe — les porcelets, les truies… Il frappe, avec un gourdin, jusqu'à ce que le sang coule. Il frappe malgré les hurlements. Il frappe même souvent jusqu'à tuer. Mais les cadavres encombrants, les cadavres suspects, l'équarrisseur ne les voit pas. Ceux-là, l'éleveur les abandonne dans la nature…

Sa femme a pu se sauver avec le chien — car ici le lien, encore, s'exprime dans toute son horreur. Mais elle a réussi, finalement, à survivre à sa violence, à s'échapper. Cependant, pour ses autres innocentes victimes, c'est à One Voice d'agir. Déjà, une plainte a été déposée. La procédure est en cours. Nous devons mettre un terme à leur martyre et empêcher cet éleveur de nuire à nouveau ! Nous nous battons pour ça. Nous nous battons pour eux.

Hr blog

Dans la thématique

A Yulin, les vétérinaires découvrent que les chiens ne sont pas des objets
Dans l'élevage fermé d'Emagny, des visons sont encore encagés!

Commentaires 70

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Mélisande | jeudi 18 mai 2017

C'est en arrivant en Bretagne et en voyant cette noria de camions emmenant des porcs vers l'abattoir, sans avoir jamais vu la lumière du jour, que je suis devenue végétarienne et ma fille également!
Tant qu'on consommera de la viande (sans se poser de question pour savoir d'où elle vient), c'est tellement plus facile en choisissant "d'oublier" l'animal qui est dans votre assiette, et qu'on ne donnera pas plus de subventions aux éleveurs bio et beaucoup moins à l'agro-alimentaire, qu'on pourra changer les choses!
En attendant, adoptez le végétarisme ou réduisez votre consommation de viande, ce sera autant d'animaux sauvés!

hirondelle | samedi 10 décembre 2016

Bonjour: Ce 8 décembre, sur le journal l'abeille 62000; un chat à était torturé, dépecé. Lu cette article les yeux larmoyants en pensant à la souffrance horrible qu'il a subit. En regardant son bourreau, sans défense, lui se faisait un plaisir à le ruer de coups. Est ce un soi-disant HUMAIN!!!!!! Une vermine venue d'un autre monde, sans valeur. Mais quand s'arrêtera le calvaire des animaux ? pourquoi entre nos mains doivent t'ils être des souffres douleurs, selon nos humeurs!!!!!!! Ils ressentent la douleur, tout comme nous, mais n'ont pas la parole, ne peuvent crier au secours devant de tels monstres, sans coeur, sentiment, valeur. Que haine, rage des malfaisants. Ils devront vivre un calvaire entre leur mains. Sans la vie animale que serait notre vie!!!!!! Je souhaite de tout coeur que la justice punisse plus sévèrement de tel monstres ! à tous ces tortionnaires qu'ils regardent derriere eux, la justice arrive.

nonette | vendredi 25 novembre 2016

Honte à cet odieux personnage ! tachons aussi d'encourager le végétarisme autour de nous afin de stopper le business de la viande .

espoir | lundi 24 octobre 2016

Bonjour, avec mes 68 ans je peux dire que je préfère la vie animale à l'espèce humaine, dans la solitude c'est mes compagnons chiens qui mon aidé à continuer à vivre, ma fille m'avait exclu de sa vie, ainsi que ma famille. Rester sur cette terre me pesait tellement, leur fidélité ma sauvé, toute vie animale est merveilleuse, quelle beauté pour les yeux, elle nous redonne le sourire. Tant de gens les font souffrir, leur infligent tant de supplices, comme c'est affreux ils sont sans défense, facile pour leur bourreaux, comment être si lâche devant eux!!!!!!!!!!!! Moi mon coeur bat grace à eux, je les aime, un bonheur de vie, j'ai tellement peur de les perdre mes compagnons de vie, j'en pleure déjà. Sans eux mon chemin est tracé.