le vendredi 03 novembre 2023 | 9

Audience à Bordeaux le 7 novembre 2023 contre Richard Mandral, l’éleveur de chiens « de chasse » périgourdin

Audience à Bordeaux le 7 novembre 2023 contre Richard Mandral, l’éleveur de chiens « de chasse » périgourdin

Mis à jour le 28 février 2024

Le 7 novembre 2023, à 9 heures 30, One Voice sera à la Cour administrative d’appel de Bordeaux. Nous y contesterons le refus du tribunal administratif de contraindre le préfet de Dordogne à saisir les chiens « de chasse » de Richard Mandral. Pour ces animaux maltraités depuis des années, nous exigeons que cesse enfin l’inaction des autorités.

Hr blog

Rien ou presque n’a changé depuis notre découverte du site de Dordogne où Mandral stocke comme des outils sans la moindre valeur une centaine de chiens « de chasse » en proie aux maladies, aux intempéries et à l’ennui. La plainte déposée pour eux en 2019 n’a cessé d’être enrichie de nouveaux éléments, tous plus accablants les uns que les autres. En 2020, notre sauvetage de seize animaux détenus par l’éleveur-chasseur a révélé qu’ils souffraient de nombreux problèmes de santé, au point que leur vie avait été mise en danger. Comme si cela ne suffisait pas, la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) a elle aussi relevé des irrégularités au cours de ses contrôles. Mais la préfecture se complait dans l’immobilisme, préférant brasser du vent à coups de démarches inefficaces plutôt que de prendre de réelles mesures pour protéger les chiens maltraités sous ses yeux. À la suite du refus du tribunal administratif de Bordeaux de contraindre le préfet à procéder au retrait conservatoire des animaux, que nous demandons depuis des années, nous avons interjeté appel.

Nous demandons une nouvelle vie pour les victimes du chasseur

Mandral a déménagé, changé de département. Mais nous n’abandonnerons pas les chiens soumis à ses traitements indignes, et qu’ils subissent depuis des années, maintenus à l’attache dans la boue, enfermés dans des fourgonnettes et si affamés que certains ont pu finir par manger les dépouilles de leurs compagnons qui n’ont pas survécu, comme nous l’avons révélé après nos nombreuses enquêtes sur place. Le responsable de cette situation (connu pour avoir participé à du trafic de chiens revendus aux laboratoires dans les années 1980), déjà condamné en 2021 pour ne pas avoir mis son « chenil » en règle, doit répondre de ses actes.

Le 7 novembre, à 9 heures 30, à la Cour administrative d’appel de Bordeaux, nous demanderons à nouveau que les chiens soient retirés à celui qui les exploite sans pitié. Nous attendons également toujours qu’il soit jugé pour abandons, actes de cruauté et mauvais traitements commis par un exploitant.

Marion Henriet
Hr blog

Dans la thématique

Chatons jetés du haut d’un pont par un adolescent : la nécessaire sensibilisation des jeunes à la souffrance animale Des conditions de détention des poussins chez Jardiland, ou le nouvel exemple du commerce morbide des animaleries

Commentaires 9

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Mme loup | mercredi 31 janvier 2024

C'est une HONTE de DETENIR DES ANIMAUX et de les malmener !

marie-claude | mercredi 08 novembre 2023

Ces exploitations de chiens doivent être interdites, ce sont des chiens malheureux toute leur minable vie et quand ils ne sont plus aptes à la chasse on les supprime comme des vulgaires choses, même pas des êtres vivants. Les chasseurs doivent être punis une bonne fois pour toute et ne plus pratiquer les élevages.

A | mercredi 08 novembre 2023

J'espère que ce sombre individu, sans éthique et violent aura une sanction pénale à la hauteur des ignobles traitements qu'il a infligés à ces pauvres chiens !

Shogun 74 | mardi 07 novembre 2023

Pauvres chiens, l'homme qui les détient dans des conditions lamentables, doit être sanctionné, aucune indulgence !...pour le poney club c'est indigne, qui va sanctionner la maltraitance pour ces pauvres et merveilleux animaux ?