le mardi 03 octobre 2017 | 35

40 mises à mort de loups légalisées : One Voice s’y oppose

La liste de loups abattus continue à s’allonger. 40 est le quota autorisé par le gouvernement : nous en sommes à 19 aujourd’hui. One Voice ne supporte plus l’annonce de toutes ces morts : arrêtons le massacre d’une espèce déjà trop fragile et mettons en place des solutions respectueuses de ces êtres et de l’environnement.

Hr blog

La mort institutionnalisée de 40 loups

Loup, y es-tu ? M’entends-tu ? » Pas sûr qu’il soit toujours dans les parages, si nous empruntons le chemin du ministère de la Transition écologique et solidaire. Il autorise dans l’arrêté du 18 juillet 2017 le « prélèvement » de 40 loups sans distinction d’âge ou de genre, au sein de l’Hexagone. Autrement dit, la mesure annuelle permet d’abattre, sans discrimination, une quarantaine d’individus de cette espèce et ce dans le but de ne pas gêner les activités pastorales. 19 ont déjà fait les frais du texte de loi, il n’en reste plus que 21 ! Mais finalement, qu’est-ce que 40 sur une population tout entière, nous direz-vous ?

Les loups : une espèce à protéger

Beaucoup, sachant que 300 est l’estimation de l’effectif total des loups en France et ce depuis trois ans. Il suffit que l’espèce passe la barre des 34 % de mortalité pour que sa population cesse de croître et entame une jolie descente vers sa disparition. Et bien évidemment, c’est compter sans les morts naturelles et accidentelles (accidents de la route) de ces magnifiques animaux. De toute évidence, les protéger devrait être une priorité mais le gouvernement ne le voit pas de cet œil.

Une méthode inefficace pour protéger les troupeaux

Le ministère a préféré privilégier les activités pastorales et ce n’est pas la première fois. Prélever des loups est censé réduire les dommages causés par ces prédateurs sur les troupeaux de moutons. Pourtant, aujourd’hui, aucun chiffre ne permet d’affirmer que la méthode est efficace. D’après les rapports ESCo, l’impact serait même contreproductif. Alors, même si tuer un loup réduit la taille d’une meute, cela ne diminue en rien son territoire de chasse. Et, à la suite de l’instabilité générée par la mort d’un des leurs, les loups partent en quête d’espaces vides et constituent de nouveaux groupes. Les dégâts causés par ces derniers sont indéniables, mais avons-nous pensé à des solutions plus efficaces ?

Des alternatives à des mises à mort injustifiées

Des alternatives existent, mais avant d’être mises en place, elles impliquent « d’envisager les animaux autrement que comme les représentants interchangeables d’une espèce considérée comme homogène ».

Pour être plus clair, il est essentiel d’étudier les loups non seulement en meute mais aussi dans leur individualité à part entière. Ces animaux doués de sensibilité sont également pourvus d’une complexité intellectuelle et d’une variété de comportements avec leurs congénères. La taille des territoires, la survie des portées, le taux de dispersion des loups diffèrent d’un groupe à l’autre. Si l’on prenait le temps de les observer, il serait possible d’apprendre à leur envoyer des messages intelligibles ou d’effectuer un prélèvement ciblé et non-violent d’individus menaçants après une surveillance rigoureuse.

Pour ce qui est du court terme, des méthodes éprouvées de prévention peuvent être utilisées. Elles consistent à mettre en place du gardiennage et une surveillance renforcée des troupeaux, ou d’investir dans du matériel pour des parcs de contention.

Les loups : des bienfaiteurs au profit de l’écosystème

Dans l’imaginaire collectif, les loups sont associés à des animaux suscitant l’effroi et la peur. Pourtant, pour ceux qui veulent bien y regarder de plus près, il s’agit de magnifiques animaux à l’odorat 20 000 fois supérieur au nôtre, défendant leur famille et parvenant à unifier leur meute rien qu’avec leur chant ! Les loups font partie intégrante de notre écosystème et permettent de maintenir son équilibre. A contrario, l’activité pastorale est loin d’être bénéfique à la biodiversité : elle entraîne la dégradation des pelouses d’altitude, et participe à l’appauvrissement de la faune et la flore. Sans compter qu’elle perpétue l’exploitation des bovins, ovins et caprins...

Arrêtons l’abattage des loups et trouvons des solutions plus respectueuses ! Mais avant de pouvoir mettre en place des alternatives, One Voice saisit le Conseil d’État pour réclamer dès maintenant l’annulation de l’article 1er de l’arrêté, à savoir l’abattage de 40 individus de juillet 2017 à juin 2018.

Hr blog

Dans la thématique

Des coups de pétard pour mieux tuer les loups effarouchés
Urgence en Norvège : la moitié des loups en arrêt de mort!

Commentaires 35

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

ramses | mercredi 11 octobre 2017

Effectivement, le retour du loup en France semble s'être fait de manière naturelle, mais plusieurs thèses prétendent le contraire. Je me permets de vous soumettre un article très documenté, qui étudie les deux possibilités mais penche plutôt pour un retour naturel... http://loup.org/spip/Les-loups-reintroduction-ou-retour,422.html ... De toutes façons, ces "prélèvements" sont abjects et il existe d'autres solutions qui permettent la cohabitation, encore faudrait-il la volonté de les rechercher.

ramses | vendredi 06 octobre 2017

Le loup est un être vivant, qui a besoin de se nourrir pour survivre. Les éleveurs de moutons doivent comprendre que chacun a droit à la nourriture et devraient eux-mêmes trouver des solutions pour que les loups puissent rassasier leur faim. La solution qui consiste à les éliminer, après les avoir réimportés des Alpes italiennes est abjecte. Honte à Nicolas Hulot, qui a signé un tel décret, il me déçoit beaucoup !

ONE VOICE | vendredi 06 octobre 2017

Ramses, Les loups n'ont pas eu à être réimportés,pour être éliminés ensuite. Ils sont revenus d'eux mêmes.

Marine | jeudi 05 octobre 2017

Je ne suis pas surprise lorsque je vois qui nous dirige et le peu de cas déjà qu'ils font de leurs semblables, les êtres humains, pourquoi agiraient ils autrement si ce n'est pire vis à vis des animaux. Et puis il faut bien crier Haro sur le baudet ... ou sur les loups ou les éléphants que l'on massacre aussi au nom de je ne sais quelle écologie, pour calmer la "populasse" ignorante et puis s'ils tirent sur les loups, ils oublieront de tirer sur eux (métaphore), l'espèce de loups la plus féroce

Marine | jeudi 05 octobre 2017

Il n'ya pas qu'en France que le loup dérange mais aussi en Amérique et c'est Trump qui en est à l'origine, les ours (les chasseurs peuvent même les tuer dans leur tanière pendant qu'ils hibernent avec leurs bébés), les chevaux sauvages aussi. Quels chasseurs, Quel courage. Ici nous avons Macron qui ne cesse de vouloir américaniser la France, tant sur le plan de la santé que du travail des retraites etc. Mais il y a aussi les éleveurs français qui se plaignent. Il faudrait peut être les éduquer et leur apprendre d'autres moyens de protéger le bétail et leur en donner les moyens aussi au lieu de supprimer l'ISFà nos dépends. Pourquoi ne choisirions nous pas la façon dont nous voulons que l'argent qui nous est ponctionné par l'état soit dépensé. J'espère que Monsieur Hulot s'est associé avec ce gouvernement pour avoir son mot à dire, mais lorsque l'on voit cela, je ne sais plus. A moins que sans lui, cela aurait été non pas 40 loups mais 100 loups d'abattus. Mais enfin tout ceci est intolérable