Saturday 14 December 2019 | 10

A young mink seen here in a French farm in 2019

If he survives the conditions of detention, this young mink has only one way out: to be gassed or poisoned (so that his coat remains undamaged). In the meantime, he lives with the mummified body of one of his own. Here, the horror of fur farms reaches its climax. It is in France, in 2019. Images from our investigation last spring, our complaint for acts of cruelty is pending.

Hr blog
Hr blog

In the subject

The screams of angora rabbits in France must not be drowned out by music!
Plucking of angora rabbits – the fight continues

Comments 10

I accept that publication of my comments is subject to the code of conduct.

Aline | Tuesday 24 December 2019

Inadmissible et honteux ! Comment peut-on faire ces horreurs ? Et honte au gouvernement qui ne fait rien pour protéger les animaux et interdire définitivement les élevages pour la fourrure, c'est ignoble.

CHRYS | Monday 23 December 2019

STOP fourrure !!

trochu | Monday 23 December 2019

Comment est-ce encore possible en 2020 en France ? Qui sont les individus qui cautionnent et achètent encore de tels "produits" issus de l'horreur, de la souffrance, de la terreur, de l'agonie, de la douleur de tant d'animaux ?
Nous avons encore à interpeller M. Macron et lui mettre la pression afin que soient interdits en France tous élevages d'animaux pour la fourrure et afin que la fourrure soit tout simplement dénoncée et interdite définitivement et cela s'appellerait "un pays digne de civisme, de grandeur et de valeur" !

theirvoice | Monday 23 December 2019

Ça s’arrêtera quand les plus gros clients ne seront plus les décideurs